Il n'y a aucune raison convaincante de la violation du PAGC par l'Iran

New York, le 13 août, IRNA - L'administration du président Donald Trump n'a aucune raison réelle pour démontrer que l'Iran a violé l'accord sur le nucléaire, a déclaré samedi un analyste américain.

En se référant aux mesures américaines contre l'accord historique sur le nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances mondiales, signé en 2015, le physicien américain Frank NJ Von Hipple a dénoncé les efforts déployés par le président américain Donald Trump pour tenter de «provoquer l'Iran de se retirer de l'accord, connu sous le nom du plan d'action global commun (PAGC) ».

Dans un entretien exclusif avec l'agence de presse de la République islamique (IRNA), Von Hipple a également rappelé le récent accord entre l'Iran et le géant pétrolier français Total, en disant qu'il a considéré l'accord comme un développement important et une étape décisive pour la réalisation des intérêts de l'Iran dans le cadre de l'opération nucléaire.

Von Hipple, ancien responsable à la Maison Blanche, a déclaré qu'il conseillerait à Washington de préserver l'accord et de s'en servir comme base de négociations.

En tant que professeur et co-directeur du Programme sur la science et la sécurité mondiale à l'Université de Princeton et à l'École des affaires publiques et internationales de Woodrow Wilson, Von Hipple estime que la crise en Corée du Nord aujourd'hui est un élément important pour prouver que le PAGC est sur son bon chemin.

«Le PAGC résout les préoccupations concernant le programme nucléaire iranien pour une période de 10 ou 15 ans et je pense que nous devrions l'utiliser pour renforcer un régime de non-prolifération», a-t-il déclaré en ajoutant : «Je ne vois pas la logique des personnes qui critiquent le PAGC sous prétexte des actions de la Corée du Nord.

«Il n'y a pas eu de prétention crédible qui montre que l'Iran a violé l'accord nucléaire», a-t-il ajouté.

Trump était très fâché que les États-Unis n'aient aucune preuve que l'affirmation du respect des engagements par l'Iran ait été violé, mais il n'y a aucun preuve pour prouver le contraire, a ajouté l'analyste américain.

«Il semble qu'ils veulent demander à l'Iran l'autorisation d'avoir accès à leurs sites militaires», a déclaré Von Hipple, ajoutant que si l'Iran exclut cette demande, ils l'utiliseront ce prétexte afin d'accuser ce pays de violer l'accord sur le nucléaire.

9053**