13 août 2017 à 13:28
Code d'info: 82630069
0 Persons
Le Parlement iranien approuve fermement les mesures anti-américaine

Téhéran, le 13 août, IRNA - Les législateurs iraniens ont dimanche voté pour approuver un projet de loi visant à contrer les activités aventureuses et terroristes de Washington dans la région. Le projet de loi a été à adopte 240 voix pour, 1 contre et 1 abstention.

Au total, 247 législateurs étaient présents à la session parlementaire. La loi est une réaction à un projet de loi ratifié récemment au Sénat américain permettant à Washington d'imposer des sanctions non nucléaires contre la République islamique. Le représentant gouvernemental Abbas Araqchi était également présent à la session de Majlis. Il a décrit la législation comme sage et a déclaré que le gouvernement du président Rohani l'appuiera.

«Le projet de loi a très judicieux de ne pas violer le JCPOA et ne donne aucune chance à l'autre partie de le manipuler», a déclaré Araqchi.

Selon le projet de loi soumis au Conseil d'administration du Majlis aux ministères des affaires étrangères, de la Défense, des renseignements, ainsi qu'au Corps de la Garde de la Révolution islamique (IRGC), à la Force Quds de l'IRGC et à l'Armée de la République islamique, selon leur hiérarchie et dans La coordination avec le Conseil suprême de sécurité nationale iranien, dans un délai de six mois après la ratification du projet de loi, obligation sera prise de concevoir un plan stratégique global pour contrer les menaces américaines.

Le plan devrait viser à s'attaquer aux menaces américaines et aux menaces contre la République islamique d'Iran, les politiques hégémoniques, terroristes et séparatistes de Washington, ses interférences illégales militaires et de sécurité dans la région et le soutien militaire et de l'intelligence des États-Unis contre le terrorisme et l'extrémisme. Le projet de loi demande également aux ministères et aux organes militaires susmentionnés de faire un rapport annuel au Majlis sur la mise en œuvre du plan.

Le projet de loi, en ce qui concerne le soutien militaire et de renseignement américain et manifeste pour les groupes terroristes et les confessions faites par certains fonctionnaires américains, y compris l'ancienne secrétaire d'État américaine Hilary Clinton, affirment que Washington est derrière la formation et la défense de Daech, et reconnaît que les forces américaines de la région, à la fois militaires et d'intelligence, sont les promoteurs du terrorisme.

Par conséquent, les entités suivantes ne recevront pas de visa pour entrer en Iran, et ne seront autorisées à effectuer aucune transaction auprès de banques iraniennes, leurs comptes seront bloqués et leurs propriétés en Iran seront confisquées:

1. Les organisations militaires et de sécurité des États-Unis et leurs commandants qui ont fourni un soutien financier, d'intelligence, militaire, de logistique et de formation pour les terroristes de la région, en particulier ceux de Daesh et du Front d'al-Nusra.

2. Les entités américaines impliquées dans les activités susmentionnées.

3. Les entités américaines impliquées dans l'organisation, le financement, la conduite ou la réalisation d'actions terroristes contre l'Iran.

4. Les entités américaines qui, directement ou indirectement, soutiennent les terroristes de l'Organisation Mujahedin Khalg (MKO) ou des groupes terroristes extrémistes similaires, tels que Daesh et le Front Al-Nusra, et leur fournissent des aides financières, politiques, culturelles, militaires et propagandistes.

5. Les entités américaines qui soutiennent le terrorisme d'état, y compris les activités terroristes régionales des sionistes, ciblant le peuple palestinien sur les territoires occupées et le Liban, et ceux qui jouent un rôle important dans de telles activités.

Selon l'article, cinq du projet de loi, dans la mesure où le gouvernement américain viole de manière hypocrite et systématique les droits humains fondamentaux dans la région et dans le monde et soutient les gouvernements dictatoriaux et agressifs sous couvert d'activités économiques, scientifiques, médicales, biologiques et industrielles, et même contre ses propres citoyens, comme le cas Branch Davidians [en 1993] et aussi aux Afro-Américains, il est soumis à tous les châtiments susmentionnés.

Le projet de loi alloue également un budget d'environ cinq milliards de dollars pour renforcer le pouvoir défensif du pays, améliorer le pouvoir de dissuasion, lutter contre le terrorisme, accroître le levier diplomatique et les capacités de renseignement de l'Iran, préserver la stabilité régionale, soutenir l'IRGC, développer des hélices nucléaires et stimuler l'Iran Capacités défensives contre d'éventuelles attaques nucléaires.

Cinquante pour cent de l'enveloppe budgétaire devrait être affecté au personnel des forces armées afin d'étendre les activités balistiques et l'autre moitié devrait être attribuée aux ministères des affaires étrangères, du renseignement et de la défense. Pour lutter contre le terrorisme, le projet de loi alloue également 2,5 milliards de dollars à la Force Quds de l'IRGC.

Selon le projet de loi, le gouvernement iranien peut apporter son soutien aux personnes qui divulguent des actions illégales américaines et des violations des droits de l'homme par Washington.

Le ministère de la Défense est chargé de fournir les armes nécessaires pour défendre le pays avec la priorité accordée au matériel militaire domestique, mais le ministère peut demander l'aide d'autres pays si nécessaire, indique le projet de loi.

9053**