15 août 2017 à 10:32
Code d'info: 82632136
0 Persons
Le PAGC n'est ni une menace ni une soumission

Téhéran, le 15 août, IRNA- L'accord sur le nucléaire n'est ni une menace contre des pays ni une soumission à des pays, a déclaré le président Hassan Rohani.

Dans son discours lors d'une séance publique du parlement iranien (Majlis) pour soutenir son cabinet proposé, le président Rohani a mis l'accent sur l'importance du respect de la dignité du peuple iranien comme l'une des priorités de son futur gouvernement.

Selon lui, l'accord sur le nucléaire, «conclu sous les directives du Guide suprême et avec un consensus national», a ouvert un nouveau chapitre dans les interactions et coopérations entre l'Iran et le monde.

Soulignant la levée des sanctions injustes et l'annulation des résolutions qui ont menacé la sécurité nationale, il a déclaré que l'accord sur le nucléaire, connu sous le nom du Plan d'action global commun (PAGC), «n'est ni une menace ni une soumission, mais il est un accord gagnant-gagnant et équilibre, qui a ouvert la voie à la coopération et à la confiance».

Il a défini la réussite de l'Iran dans la mise en œuvre du PAGC et la réalisation de ses droits, comme la cause essentielle des déloyautés de la nouvelle administration américaine, en promettant que son pays ne laissera pas sana réponse la violation du PAGC par d'autres pays.

«Ceux qui cherchent à revenir à un langage menaçant et des sanctions sont prisonniers de leurs illusions, qui se privent des bénéfices de la paix par leurs hostilités et leurs intimidations», a ajouté le président Rohani.

En rappelant les sept rapports de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) qui ont confirmé les engagements de l'Iran dans le cadre du PAGC, il déclaré que ceux qui avaient parlé de déchirer l'accord, ont accusé l'Iran de ne pas respecter l'esprit de ce dernier.

Selon le président iranien, au cours des mois derniers les États-Unis ont négligé les accords internationaux, du l'accord du Paris à l'accord de Cuba et du NAFTA à l'accord de partenariat transpacifique.

«Tout cela montre que les États-Unis ne sont pas un bon partenaire et une partie fiable pour négocier, pour le monde et même pour leurs alliées», a-t-il dit.

Le PAGC est un modèle de priorité de la paix et de la diplomatie à la guerre et à l'unilatéralisme, mais il n'est pas la seule option de la République islamique d'Iran, a-t-il dit.

Le président iranien Hassan Rohani a également évoqué qu'aujourd'hui, personne ne pouvait parler d'une coalition internationale contre l'Iran ou de l'isolement du pays.

*** L'Iran veut une région sûre et forte

Soulignant les problèmes comme les ingérences étrangères, l'extrémisme et la violence qui sont considérés comme des tensions en Asie de l'Ouest, le président Rohani a déclaré que l'Iran est pour une région sûre, forte, stable et développée.

Selon lui, une coopération régionale dans divers domaines politiques, culturels, économiques et sécuritaires est le seul moyen d'atteindre des buts communs et de faires face aux dérèglements internes et imposés à la région.

«L'Iran considère la violence du terrorisme et les efforts des pays pour fournir leur sécurité par leur dépendance aux pays étrangers, comme de principaux défis de la région», a-t-il dit, en ajoutant que l'Iran par sa bonne volonté est déterminé à établir la paix et la stabilité dans la région.

Le président Rohani a affirmé que le gouvernement devrait poursuivre une planification à long terme dans différents domaines, y compris l'environnement et la politique étrangère, l'économie, l'emploi, du système bancaire et des droits des citoyens.

Sur les questions économiques, le président, qui a pris ses fonctions pour un deuxième mandat le 5 août, a déclaré que les attentes devraient être établies selon un revenu annuel inférieur à 50 milliards de dollars, en ajoutant qu'un revenu annuel de plus de 100 milliards de dollars n'était pas réalisable au cours de la dernière décennie.

En définissant les priorités de la politique étrangère de son nouveau gouvernement, il a insisté sur l'élargissement des relations et des coopérations bilatérales et multilatérales ainsi que le renforcement de la diplomatie économique et la poursuite des approches de l'économie de a résistance.

Il a mis en relief le rôle des femmes et des jeunes comme les hauts fonctionnaires et les responsables du pays. Il a ajouté que son gouvernement a reconnu les droits des citoyens et défendrait de ces droits dans les activités civiles et politiques, en se référant à la charte de droit des citoyens, dévoilée dans son premier gouvernement.

Le président Rohani a mis l'accent sur supprimer l'approche sécuritaire sur les questions culturelles, en ajoutant que la limitation de l'accès aux réseaux sociaux ne servait pas les intérêts de la société iranienne.

Le président iranien a insisté sur l'importance de la question de l'environnement en encourageant toutes les organisations à empêcher la destruction des ressources naturelles afin et de plutôt les développer.

9053**