Rohani insiste sur la protection de l'accord nucléaire face aux Etats-Unis

Téhéran, le 20 août, IRNA- Le président Hassan Rohani a présenté la protection de l'accord nucléaire face aux Etats-Unis, comme une priorité pour l'Iran.

Dans son discours à la session ouverte du parlement iranien (Majlis) pour défendre ses ministres proposés, il a ajouté que la priorité de l'Iran était de protéger l'accord nucléaire conclu en 2015 face à l'«ennemi» américain.

En soutenant le bilan du chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, il a ajouté que le principal devoir de notre ministre des Affaires étrangères est de défendre l'accord sur le nucléaire et d'empêcher les Etats-Unis de réussir.

Selon lui, Zarif défend l'accord nucléaire, il résiste face aux ennemis, face aux Etats-Unis, Israël et certains petits pays de la région qui perturbent la mise en œuvre de l'accord, connu également sous le nom du Plan d'action global commun (PAGC).

La nouvelle administration a imposé une série de sanctions juridiques et financières à l'Iran, non liées aux activités nucléaires.

Dénonçant la politique de «sanctions» et de «coercition» des États-Unis, le président iranien Hassan Rohani avait déclaré mardi que l'Iran préfèrerait ne pas quitter l'accord nucléaire, qualifié de «modèle de victoire, de paix et de diplomatie sur la guerre et l'unilatéralisme», mais que cela n'était pas «la seule option».

S'adressant au Parlement iranien (Majlis), qui doit valider son nouveau cabinet dans les prochains jours, le président réélu Hassan Rohani a ajouté : «L'expérience ratée des sanctions et de la coercition a mené les précédentes administrations américaines à la table des négociations».

Dans un discours prononcé pour défendre son cabinet, le président Hassan Rohani a déclaré au Majlis (Parlement de l'Iran) que le seul moyen de progresser était la «sécurité, la liberté et la paix», qui doit être poursuivie par Le nouveau gouvernement.

« La porte du progrès a été bloquée par des sanctions, qui sont maintenant débloquées», a déclaré le président Rohani, ajoutant que, pour concurrencer le monde, et même pour utiliser le pétrole, l'Iran a besoin de technologie et d'investissement.

Il a poursuivi en disant qu'aucun pays ne peut progresser de façon isolée et que le Plan d'action commun (PAGC) a débloqué les portes et que le principal devoir du ministère des Affaires étrangères est de sauvegarder l'accord contre les États-Unis, les sionistes et Certains petits pays régionaux.

Le président Rohani a également déclaré que le deuxième devoir du ministère des Affaires étrangères est l'économie, ajoutant: «Le ministère des Affaires étrangères devrait ouvrir la voie à l'investissement et à la technologie avec les étrangers».

En ce qui concerne la sécurité et la liberté, il a déclaré: «Nous ne pouvons pas sacrifier la liberté pour le bien de la sécurité ou sacrifier la sécurité pour la liberté, nous devrions profiter des deux». Le président Rohani a également déclaré que la sécurité ne dépendait pas seulement des armes, mais de la confiance sociale et de la présence.

« Cependant, nous avons besoin d'armes aussi. Nous cherchons à en avoir, et nous continuerons à le faire », a-t-il ajouté.

Aujourd'hui, Majlis a terminé le vote sur le second cabinet proposé par Rohani. Après cinq jours de débats parlementaires marathon, seize candidats ministériels sur 17 ont réussi à obtenir les votes de confiance des législateurs iraniens dimanche.

Tous les candidats ministériels, à l'exception du candidat au ministère de l’énergie Habibollah Bitaraf, ont reçu un vote de confiance. Le président Rohani n'a pas encore proposé son choix pour le poste de ministère de la Science, de la recherche et de la technologie.

Le président Hassan Rohani a été réélu Président pour un deuxième mandat après avoir remporté une victoire historique le 19 mai. Le président Rohani a prit ses fonctions le 5 août. Il a proposé 17 candidats pour les postes ministériels de son cabinet.

9053**