L’Occident n'est pas déterminé à éliminer le terrorisme

Téhéran, le 22 août, IRNA - Le chef du pouvoir judiciaire, l'Ayatollah Sadeq Amoli-Larijani, a déclaré que l'Occident n'avait aucune détermination à éliminer le terrorisme et instrumentalisait ce phénomène contre d’autres pays.

Devant des hauts fonctionnaires de la magistrature, il a déclaré lundi : «Aux États-Unis, certains pensent que Washington ne devrait pas détruire Daech car c'est le meilleur moyen de réalisation des objectifs américains».

«Tant qu'il y a ces pensées dans le monde, la situation actuelle continuera sûrement», a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les récentes attaques terroristes en Europe et en Russie, l'Ayatollah Larijani a déclaré que l'Iran condamnait fermement le terrorisme sous toutes ses formes et c'est alors que l'Europe et les États-Unis ont divisé pratiquement et théoriquement le terrorisme en bons et en mauvais.

Larijani a condamné qu'un président illogique et irrationnel comme Trump, dont les politiques racistes ont divisé son pays, favorise l'islamophobie et accuse l'islam pour les attaques terroristes. «Cela montre son irrationalité et son idiotie», a-t-il ajouté.

Une religion qui prône la liberté des êtres humains et s'oppose clairement à les tuer est aujourd'hui accusée de soutenir le terrorisme, a-t-il regretté, en disant que de telles attitudes empêcheront l'éradication du terrorisme.

L'Iran a combattu le terrorisme à la fois par des mots et des actions et a toujours été en première ligne de lutte contre le terrorisme, a-t-il dit, avant d'ajouter que l'Iran a été victime du terrorisme au cours des dernières années et qu'il restera en première ligne de lutte contre le terrorisme en Syrie, au Liban, en Irak et à n'importe quel endroit où une main demandera de l'aide.

9053**