29 août 2017 à 09:06
Code d'info: 82647523
0 Persons
L'Iran souligne le droit des Syriens à déterminer leur destin

Téhéran, le 29 août, IRNA - Le ministre adjoint des Affaires étrangères a souligné lundi qu’aucun pays ne pouvait décider pour les Syriens et qu'ils devraient eux-mêmes déterminer leur destin.

«L'important pour la République islamique est de mettre fin à la tragédie humaine dans cette région déchirée par la guerre», a déclaré le ministre adjoint des affaires étrangères et arabes Hossein Jaberi Ansari aux journalistes après sa rencontre avec l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Stefan de Mistura.

«Nous poursuivons le retour de la paix et de la sécurité en Syrie en préparant le terrain pour des accords dans la région», a t-il noté.

Le fonctionnaire s'est référé à l'armée syrienne et les progrès de ses alliés sur le champ de bataille et a noté que la Syrie est à un tournant de son histoire.

« Le prochain rendez-vous pour des pourparlers en Syrie, se tiendra dans la capitale du Kazakstan, Astana, lors de la dernière semaine du mois iranien de Shahrivar (troisième semaine de septembre) », a-t-il déclaré.

Jaberi Ansari a ajouté que l'Iran a fait des efforts dans des réunions récentes d'experts sur la Syrie à Ankara et à Téhéran pour aider à réussir les prochaines conférences de haut niveau à Astana.

Il a mis en garde contre le statut catastrophique des personnes dans les régions assiégées, notamment à al-Fau'a et Kafraya.

De Mistura est arrivé dimanche soir dans la capitale iranienne. Sa visite à Téhéran se déroulera à la veille du sixième cycle des pourparlers d'Astana sur la Syrie qui se tiendra dans les prochains jours dans la capitale du Kazakhstan.

Depuis mars 2011, la Syrie souffre de troubles et d'actes terroristes. L'Iran, la Russie et la Turquie sont les initiateurs du cessez-le-feu du 30 décembre 2016 en Syrie. Jusqu'à présent, les trois pays ont tenu cinq séries de discussions à Astana.

9053**