Le chef de la magistrature réfute le rapport de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran

Téhéran, le 29 août, IRNA - Le chef de la magistrature, l’Ayatollah Sadeqh Amoli Larijani, a déclaré lundi que le rapport spécial publié par le rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran est le mélange de revendications fabriquées par l'OMPI et les opposants au système islamique.

S'adressant au haut conseil des fonctionnaires du Corps des Gardiens de la Révolution, il a déclaré que, par une telle action, il s'agissait d'intenter des accusations en particulier contre la République islamique d'Iran et son système judiciaire.

De telles mesures ne donne à la magistrature iranienne que plus de fermeté sur son chemin et prouve qu'elle est sur la bonne voie, a t-il dit.

Le rapport récent est le résumé de toutes les réclamations déposées par le groupe terroriste de l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien (OMPI) ainsi que des adversaires après la victoire de la Révolution islamique bien que le rapport n'ait pas été finalisé, mais il semble qu'il en soit ainsi, a déclaré le chef de la magistrature.

Le Rapporteur spécial de l'ONU a affirmé que le pouvoir judiciaire iranien n'était pas indépendant et nécessitait des changements d'infrastructure essentiels.

« En un mot, nous croyons que la teinte et le cri orchestré par les ennemis est une bonne indication que notre système est puissant et ce genre de déclaration est inutile », a déclaré Larijani.

Plus de pressions sur nous prouvent que nous avons fait le bon choix et avons causé de graves dégâts à ceux qui ont essayé de s'infiltrer dans notre système, a-t-il déclaré.

La République islamique d'Iran agit en fonction de ses principes et ne prend jamais en compte ces allégations sans fondement, a déclaré Larijani.

9053**