Aucune option n’est meilleure pour les États-Unis que l’accord nucléaire avec l'Iran

New York, le 29 août, IRNA - Il n'y a pas de meilleure option que l'accord nucléaire pour résoudre ce que les États-Unis appellent des préoccupations concernant l'Iran, a déclaré un ancien négociateur américain.

En soulignant son expérience de 15 ans dans le domaine de la négociation, Richard Nephew, un ancien fonctionnaire du Département d'Etat américain, a souligné que l'expertise, les faits, les preuves et les données devraient jouer un rôle important dans les décisions.

Nephew était l'expert des sanctions pour l'équipe américaine qui négociait avec l'Iran d'août 2013 à décembre 2014.

Lors d’un entretien à l'agence de presse de la République islamique (IRNA), il a exprimé sa préoccupation quant au processus par lequel des décisions sur des questions comme l'accord sur le nucléaire iranien étaient prises par l'administration américaine actuelle.

L'Iran et les principales puissances mondiales - les États-Unis et les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, plus l'Allemagne - ont signé l'accord nucléaire en 2015 connu sous le nom de Plan d'action global commun (PAGC).

En vertu de l'accord, l'Iran a accepté de freiner son programme nucléaire en échange de la levée des sanctions. En ce qui concerne les préoccupations des partenaires européens des États-Unis sur le PAGC au sujet des nouvelles sanctions contre l'Iran, il a déclaré que l'Europe avait deux préoccupations: «Un, quel sera l'impact des sanctions américaines sur le PAGC», qu'ils pensent beaucoup plus précieux que pour Trump, et « quel est l'impact réel sur les entreprises européennes?»

Le Congrès des États-Unis a récemment voté pour un nouveau projet de loi contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Les experts ont prévenu que les nouvelles mesures non nucléaires pourraient affecter la mise en œuvre de PAGC, ainsi que les avantages des signataires, y compris les entreprises européennes qui ont débute leurs activités avec l'Iran.

Le boursier principal de recherche au Centre sur la politique énergétique mondiale a également exprimé l'espoir que Trump passe les prochains mois en apprenant qu'il n'y a pas une meilleure option que l'accord nucléaire avec l'Iran, comme il l'a avoué au sujet de l'Afghanistan.

9053**