L'Iran prévoit d'attirer 100 milliards de dollars en investissements dans l'industrie pétrolière

Téhéran, le 30 août, IRNA - Le président Hassan Rohani s'est adressé au parlement le 20 août et a déclaré que les investissements étrangers de 100 milliards de dollars pour développer l'industrie pétrolière iranienne faisaient partie des principales tâches du ministre du Pétrole dans son deuxième mandat.

«Il y a de mauvaises nouvelles et de bonnes nouvelles », croit Chris Cook, un consultant stratégique sur le marché, qui a précédemment dirigé l'International Petroleum Exchange.

« La mauvaise nouvelle est que l'administration Trump a l'intention de rendre l'accès,qu'il s'agisse de paiements en dollars ou d'investissements en dollars via un financement par capitaux propres ou un financement par emprunt - à toutes fins utiles impossible, malgré le PAGC», a déclaré Cook en réponse à Trend sur une question concernant la capacité de la République islamique à attirer des investissements étrangers pour renouveler l'industrie pétrolière et gazière du pays.

« La bonne nouvelle est qu'il est tout à fait possible que des milliards de dollars d'investissements soient réalisés en Iran et dans les pays voisins sans utiliser de dollars du tout. C'est parce que la comptabilité / le prix - ou le maintien des prix- des transactions en dollars est très différent de l'utilisation du système de compensation en dollars pour rembourser les dettes en dollars ou repasser les bénéfices en dollars sur les investissements », a-t-il ajouté.

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a travaillé ces dernières années dans la mise à jour de la «Diplomatie de l'énergie» de longue date, développée lors de l'administration de l'ancien président Mohammad Khatami, a rappelé Cook, ajoutant que cet instrument de «politique de l'énergie intelligente» était constitué de swaps d'énergie comme l'échange de pétrole sur la mer Caspienne (flux de pétrole brut de la mer Caspienne dans le nord de l'Iran, échangé contre les flux de pétrole brut délivrés dans le Golfe Persique)».

« En plus de la réactivation de ces échanges et des échanges similaires, peut-être la plus remarquable - et la plus importante, la diplomatie énergétique a été l'investissement récemment contracté sue le site de Pars du Sud 11 de Total, grâce auquel 20 ans d'investissement technologique, de compétences et d'expérience seront échangés pour un flux de condensat. Le résultat est d'abord un «échange intelligent» de valeur intellectuelle pour la valeur des carburants carbone, et deuxièmement, grâce à la participation des investisseurs chinois, l'accord prévoit une sécurité de 20 ans pour la demande de condensats pour l'Iran et une sécurité de 20 ans pour l'approvisionnement en condensat pour la Chine» a suggéré Cook.

Le fait est que de tels swaps intelligents seront - au sein d'une plate-forme de marché en réseau appropriée ou d'une « union de compensation d'énergie »- permettent de transférer des centaines de milliards de dollars de ressources intellectuelles et autres nécessaires pour que l'Iran soit échangé pour des milliards de dollars de combustibles carbones Par l'Iran.

« Étant donné que ces swaps ne se déroulent pas sur la plate-forme du marché pétrolier dominé par les États-Unis, ils ne nécessitent pas de règlement en dollars grâce au système de compensation du dollar américain dont l'Iran est effectivement exclu ».

Source: Iran Daily

9053**