30 août 2017 à 10:56
Code d'info: 82649151
0 Persons
L’inspection des sites militaires de l'Iran est totalement interdit

Téhéran, le 30 août, IRNA - L'inspection des sites militaires de l'Iran est contraire à l'esprit et au contexte de l'accord nucléaire international de 2015, a déclaré samedi un parlementaire iranien.

«L'inspection des sites militaires de l'Iran est absolument interdite», a déclaré Hossein Naqavi-Hosseini à l'agence de presse de la République islamique (IRNA) en disant que le ministère iranien des Affaires étrangères avait répondu sérieusement à la question en présentant les documents nécessaires.

L'accord de juillet 2015, connu sous le nom de Plan d'action commun complet (PAGC), est un «accord nucléaire», a déclaré le législateur soulignant que, selon cet accord et «selon les protocoles et règlements, ce ne sont que les activités nucléaires de l'Iran» et pas ses sites militaires, qui peuvent être inspectés.

Naqavi-Hosseini, qui est le porte-parole de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Majlis (Parlement iranien), a ajouté: «Nous ne laisserons jamais les centres être inspectés et il n’y a rien d’autre à ajouter sue ce point».

Il a déclaré que la question de la vérification des sites militaires iraniens n'était pas incluse dans l'accord nucléaire et était contraire à son esprit ses objectifs initiaux.

L'ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies, Nikki Haley, s'est rendu à Vienne (Autriche) mercredi 23 août pour discuter des activités nucléaires du PAGC et de l'Iran avec les responsables de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

L'AIEA a déjà publié sept rapports différents sur les activités nucléaires de l'Iran, en déclarant que toutes les activités du pays se déroulaient dans le cadre de l'entente nucléaire et aussi pour selon des objectifs pacifiques.

Selon les médias occidentaux, le diplomate américain a affirmé lors d'une conférence de presse que l'affaire nucléaire «n'avait fait aucune distinction entre les sites militaires et non militaires. Il existe également de nombreux sites non déclarés qui n'ont pas été inspectés. C'est un problème. »

Haley a ajouté que les inspecteurs devraient avoir accès aux sites militaires de l'Iran. Une demande qui est totalement rejetée par Téhéran.

9053**