31 août 2017 à 08:52
Code d'info: 82650349
0 Persons
L'Iran devrait signer 10 contrats pétroliers d'ici mars 2018

Téhéran, le 31 août, IRNA - Après la signature d'un contrat de 4,8 milliards de dollars pour le développement de la phase 11 du site de Pars du sud avec le consortium français Total, le chinois CNPCI et l’Iranien Petropars, la National Iranian Oil Company (NIOC) a annoncé son obligation de Finaliser 10 autres contrats pour développer les champs de pétrole et de gaz d'ici mars 2018.

Des négociations sont en cours dans le cadre des dispositions pour la mise en œuvre de différents projets selon le directeur général adjoint de la NIOC pour le développement et l'ingénierie.

Gholam-Reza Manouchehri a été cité par le magazine «Iran Petroleum», publié par le ministère iranien du pétrole.

Il a déclaré que le champ de pétrole d'Azadegan serait l'un des projets les plus prometteurs, ajoutant: «Le processus d'appel d'offres a commencé. Le champ d'Azadegan fait partie des champs de pétrole géants et nécessite un travail majeur », a ajouté le magazine dans son dernier numéro.

Manouchehri a déclaré qu'il y avait une opportunité pour toutes les entreprises qualifiées qui souhaitent investir en Iran.

«Il est possible que toutes ces entreprises manœuvrent. En attendant, il existe de nombreuses opportunités pour les entreprises iraniennes ', a t-il ajouté.

A la question de savoir si les entreprises russes seraient priorisées pour le développement d'Azadegan, il a répondu: «Non! Mais les entreprises russes font une offre pour le développement des champs Mansouri et Ab Teimour. »

«La liste des entreprises intéressées sera établie pour les appels d'offres pétroliers sur la base de la demande de ces entreprises et des protocoles d'entente signés avec eux, exprimés par leur préparation et aussi par les appels d'offres lancés par le NIOC», a-t-il ajouté.

Manouchehri a ajouté que les négociations étaient en cours avec Maersk du Danemark pour le développement de la couche de pétrole de Pars du sud.

Les pourparlers ne sont pas limités à cette entreprise; Cependant, ils ont déjà présenté leur plan ', a t-il ajouté.

Le responsable a déclaré que la NIOC avait estimé la production de la couche à 35 000 barils par jour.

«Le plan présenté par Maersk contient un chiffre plus élevé. Il a été discuté par le conseil d'administration et nous espérons que le plan se déroulera dans les délais prévus», a-t-il déclaré.

Le Qatar possède 60% du site de Pars du sud, connue comme al-Shaheen. L'Iran a récemment commencé à extraire 25 000barils par jour. En raison de la complexité du forage et du pétrole brut lourd, l'Iran espère conclure des négociations avec des entreprises qualifiées pour développer le site et augmenter la production de ce domaine qu'elle partage avec le Qatar.

Selon Manouchehri, de nombreuses entreprises russes et chinoises ont eu des entretiens avec la NIOC après la signature de l'accord avec Total. «Ils nous ont félicités et ils pensent qu'une voie a été ouverte pour le développement de l'industrie pétrolière iranienne. En outre, les entreprises européennes ont exprimé plus de volonté pour les négociations avec l'Iran après la signature de ce contrat », a-t-il ajouté.

À la lumière de discussions difficiles pour la signature du contrat pour développer la phase 11 de Pars du sud, le nouveau modèle de contrats pétroliers a été dilué et modifié. « Naturellement, nous serons en mesure d'accélérer notre projet pour les futurs contrats », a déclaré Manouchehri.

Il a ajouté qu'il a fallu longtemps au gouvernement pour finaliser les cadres contractuels nouvellement développés.

«Certains disent que les négociations avec Total ont duré 18 mois, mais d'autres disent un an et deux mois. Ce n'est pas étrange pour un tel contrat», a-t-il ajouté. «Nous nous attendions à ce que ce projet avance rapidement et atteigne la production, en particulier parce qu'il est situé le long de la frontière avec le Qatar».


«En raison de certaines caractéristiques de ce réservoir et de la rapidité dont nous avions l'esprit et compte tenu de la disponibilité de Total, le ministère iranien du Pétrole avait prédit que la solution la plus rapide serait de conclure ce contrat le plus tôt possible», a-t-il déclaré.

«Bien sûr, la plupart des contrats pour le développement de Pars du sud ont jusqu'à présent été basés sur une exception d'appel d'offres et 10 phases ont été attribuées sur cette base. Plus tôt, une exception d'offre avait été appliquée à certains projets», a déclaré Manouchehri.

9053**