Rohani: Nous ne sommes pas les États-Unis, nous tenons nos engagements

Téhéran, le 10 décembre, IRNA- Nous ne signons pas facilement un accord mais tenons toujours nos engagements, a déclaré le Président iranien Hassan Rohani.

Devant les députés au Parlement iraniens (Majlis), le président Rohani a affirmé : Je dis à l'Europe, aux États-Unis et aux autres pays que nous sommes musulmans, nous sommes Iraniens, nous avons une culture élevée, car nous restons fidèles à nos accords.

« Nous nous sommes engagés à nos obligations tant que les autres partis restent engagés. Nous ne serons jamais le premier à violer le PAGC (l'accord sur le nucléaire), mais nous avons prévu les mesures nécessaires», a-t-il déclaré.

«Cependant, s'ils veulent violer l'accord, l'Iran ne sera pas inquiet, car il a envisagé d'autres plans », a déclaré le président Rohani.

En se référant à une vaste interaction entre l'Iran et le monde entier, il a mis l'accent sur les efforts de son pays pour rétablir la paix et la stabilité dans la région pendant ces dernières années.

Il a salué la bravoure des soldats du front de la Resistance qui cherchent à rétablir la sécurité en Syrie et au Liban en combattant le sionisme et l'arrogance mondiale.

L'Iran et les grandes puissances mondiales ont signé en 2015 un accord sur le nucléaire connu sous le nom de Plan d'action global commun (PAGC). En vertu de l'accord, l'Iran a accepté de limiter ses activités nucléaires en échange d'un allégement des sanctions économiques.

Cependant, après plusieurs rapports de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) confirmant l'engagement de l'Iran à l'accord, le président américain Donald Trump a déclaré que son administration ne certifierait plus l'accord.

En se qui concerne aux relations de l'Iran avec l'Arabie saoudite, le président iranien a déclaré que si Riyad cessait de s'incliner devant le régime sioniste d'Israël et comptait sur sa nation et d'autres nations de la région, il n'y aurait pas de problème entre l'Iran et le pays arabe.

«L'Arabie saoudite devrait cesser de bombarder le Yémen et mettre fin à la fausse amitié avec le sionisme », a déclaré le président Rouhani.

Le président iranien Hassan Rohani a défendu dimanche au Parlement un projet de budget pour l'année prochaine (mars 2018-mars 2019), préparé selon lui, sur la base de la 'transparence' et la 'rapidité'.

Selon le président Rohani, le projet de loi est planifié dans une perspective de développement majeur, car son gouvernement a entamé un nouveau processus et devrait le suivre dans les années à venir.

Il a soumis son projet de loi budgétaire pour la prochaine année civile iranienne (à partir du 21 mars 2018) au parlement en insistant sur la 'rapidité' alors que 'la tranquillité économique' était la politique du premier mandat de son gouvernement.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**