Ministre iranien de la Défense: Les États-Unis agissent à Al Qods en désespoir de cause

Téhéran, 13 décembre, IRNA- La nouvelle décision des États-Unis de déclarer la ville Sainte d'al Qods comme capitale du régime d'occupation sioniste indique le désespoir des États Unis dans la région, a déclaré mardi le ministre iranien de la Défense.

La décision américaine du 6 décembre de transférer son ambassade de Tel-Aviv à al Qods est une approche irresponsable qui renforcent la politique d'occupation du régime sioniste, a déclaré le brigadier général Amir Hatami lors d'une conversation téléphonique avec son homologue turc Nurettin Canikli.

L'Iran croit que les Etats-Unis ont pris la décision après avoir estimé qu'il y avait un désaccord dans l'Oummah islamique et que certains pays arabes sont compromis avec Israël, a déclaré le ministre iranien.

Au sujet des relations entre Téhéran et Ankara, M. Hatami a déclaré que les puissances régionales et internationales avaient, ces dernières années, tenté de dialogué entre les deux pays voisins.

Félicitant à la défaite du groupe terroriste de Daesch, Hatami déclaré que l'anéantissement de Daech est un des résultats de l'interaction entre l'Iran, la Turquie et la Russie; interaction qui a indigné l'administration américaine et les sionistes.

«La mesure anti palestinienne de Washington suit la même ligne de la défense des États-Unis en Irak et en Syrie, son échec à déclarer le Kurdistan irakien indépendant et de son scandale suite à la démission forcée du Premier ministre libanais Saad Hariri».

Au sujet des crimes commis au Yémen, M. Hatami a déclaré que le massacre du peuple yéménite est «une tragédie humaine absolue» vers laquelle la communauté internationale et les pays musulmans devraient être plus sensibles.

Il a déclaré que le bombardement et le siège des Yéménites opprimés devaient cesser.

Passant à la question de la coopération bilatérale, le ministre a déclaré que l'Iran se féliciterait des relations militaires et de la défense avec la Turquie, ajoutant que l'échange d'expériences dans ces domaines pourrait renforcer les liens entre Téhéran et Ankara.

A l'occasion de la réunion d'urgence de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) prévue le 13 décembre à Istanbul en Turquie pour discuter de la décision des États-Unis à propos d'Al Qods, M. Hatami a déclaré que l'Iran appréciait l'initiative de la Turquie.

Le Président iranien Hassan Rohani s'est également rendre en Turquie mardi soir pour assister au sommet de l'OCI.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**