Activiste britannique: L'Arabie saoudite est le plus gros acheteur d'armes britanniques

Londres, 18 décembre, IRNA - Andrew Smith, membre britannique de la Campagne contre le commerce des armes (CCCA), a déclaré que le principal acheteur d’armes britanniques était l'Arabie Saoudite, avec le constat d’une augmentation significative ces dernières années.

S'adressant à l'Agence de presse de la République islamique d'Iran à Londres, M. Smith a déclaré que 60% des armes britanniques au cours des 10 dernières années sont allées dans les États oppressifs du golfe Persique.

«Il est clair que là où des abus humanitaires ont lieu, il y a des vendeurs d'armes qui cherchent à en tirer profit. Que ce soit la terrible destruction qui a été faite au Yémen ces trois dernières années, que les compagnies ont fait des milliards de livres, que ce soit à Bahreïn où la dictature a mené une répression contre le peuple de Bahreïn».

Il a ajouté: «Partout où les armes vont, ils veulent juste faire des profits comme le gouvernement du Royaume-Uni, qui a déversé des armes dans la zone de conflit pendant des décennies; C'est juste une autre opportunité d'affaires, une autre chance de se rapprocher des régimes, que ce soit en Arabie Saoudite ou à Bahreïn ou des dictateurs ailleurs dans le monde.»

«Interrogé sur le fait de «Comment le gouvernement britannique peut-il justifier ses actes», il a répondu, «le Royaume-Uni prétend avoir l'un des systèmes de contrôle des exportations les plus rigoureux et les plus robustes au monde. Bien sûr, rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Au cours des terribles bombardements du Yémen, par exemple, nous avons été témoins de la pire épidémie de choléra jamais enregistrée et de l'une des crises les plus humanitaires et la poursuite de la vente des armes.»

Smith a souligné: «Même Boris Johnson a déclaré que la terrible situation au Yémen était la pire catastrophe humanitaire au monde, mais cela ne l'a pas empêché de jouer un rôle actif dans la promotion des ventes d'armes, la même dictature terrible qui a mené trop de destruction et de dégâts.»

Citant comment le gouvernement britannique essaie de justifier la vente d'armes aux dictateurs, il a ajouté: «Ils ont tendance à dire que nous ne nous impliquons pas directement, ce qui n'est pas l'argument que vous pourriez utiliser pour vendre quoi que ce soit.»


«Le Royaume-Uni a tendance à défendre les droits de l'homme et la démocratie sur la scène mondiale, ce que nous entendons toujours et si tel est le cas, il ne peut pas vendre des armes à des dictatures».

Sur le volume des ventes d'armes au Royaume-Uni actuellement pour le moment, il réponde qu'environ 1 à 1,5 milliards de livres par an. Les plus gros acheteurs sont l'Arabie Saoudite, dont nous avons constaté une augmentation significative ces dernières années.

«Depuis près de trois ans, le Royaume-Uni a concédé une licence de plus de 4,6 milliards de livres d'avions de combat et de bombes au régime saoudien. En dehors de l'Arabie saoudite, 60% des ventes britanniques au cours des 10 dernières années sont allés dans le Golfe persique.»

En se référant au golfe Persique comme une «petite région», Smith a dit, «que cela jouait un énorme rôle disproportionné dans les ventes d'armes au Royaume-Uni.»

«Les Emirats Arabes Unis et l'Egypte sont aussi de très gros acheteurs. Beaucoup de ces régimes qui ont un bilan épouvantable en matière de droits de l'homme font également partie des plus gros acheteurs d'armes britanniques.»

Smith a ajouté: «Sur les 60 millions de livres d'armes livrées à Bahreïn, beaucoup d'armes sont utilisées par la police bahreïnie qui ne respecte pas les droits de l'homme.»

Bahreïn, a-t-il dit, «est une dictature terrible avec laquelle le Royaume-Uni pratique le commerce d’armes depuis des décennies. Les ministres du gouvernement font régulièrement tout ce qu'ils peuvent pour maximiser les ventes d'armes au régime.»

Jounaliste: Hadi Naderi: correspondant de l'IRNA au Royaume-Uni