La Palestine restera la principale question du monde islamique jusqu'à sa libération

Téhéran, 22 décembre, IRNA - Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Qasemi, a déclaré vendredi que malgré toutes les conspirations et toutes les crises fabriquées, la Palestine resterait la priorité du monde islamique jusqu'à sa libération complète.

Il a fait ces remarques en réaction aux déclarations du ministre bahreïni des Affaires étrangères, le cheikh Khalid bin Ahmed al-Khalifa, qui a déclaré que la question de la Palestine était accessoire à la satisfaction des dirigeants américains et du régime d'occupation.

«Il est regrettable qu'un pays arabe et islamique qualifie de secondaire un ancien ulcère du corps du monde islamique et soit incapable de reconnaître les problèmes mondiaux les plus simples d'une manière aussi imprudente et de mettre en doute la crédibilité de son pays et de sa nation, ces remarques sont sans fondement et bon marché », a déclaré Qasemi.

Malgré les complots et les machinations compliquées et la création de crises et de menaces fabriquées au nom de l'axe américano-sioniste, la Palestine restera le premier numéro du Monde Islamique, car elle fait partie du corps des Musulmans et personne ne peut détourner l'attention des nations islamiques. la question importante, a t-il ajouté.

Dans un acte collectif de défiance envers Washington, l'Assemblée générale des Nations Unies a voté à 128 voix pour, 9 contre et avec 35 abstentions, une résolution exigeant que les Etats-Unis annulent leur déclaration du 6 décembre de transférer leur ambassade de Tel-Aviv à Al Qods, la ville sainte occupée.

Lundi soir, les Etats-Unis ont opposé leur veto à la résolution rédigée par l'Egypte sur al-Qods lors d'une session du Conseil de sécurité de l'ONU.

L'Egypte, un membre non-permanent du CSNU, a présenté un projet de résolution condamnant toute tentative de changer le statut d'al Qods, sans nommer un pays ou condamner un Etat. L'Égypte a également exhorté tous les pays à s'abstenir de transférer leurs ambassades à al Qods.

Le projet de résolution a obtenu des votes positifs de 14 États membres de l'UNSC mais n'a pas été approuvé en raison de l'opposition des États-Unis.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**