Zarif: L'amitié avec les voisins est l'option stratégique de l'Iran

Téhéran, 3 avril, IRNA – Le ministre iranien des Affaires étrangères a qualifié la politique de bon voisinage de Téhéran comme une option stratégique pour la République islamique.

« La politique iranienne basée sur l'amitié avec ses voisins n'est pas une action dramatique, mais c'est son option stratégique», a déclaré Mohammad Javad Zarif dans un article publié lundi dans le journal turc Yeni Safak, à l'occasion de la deuxième réunion des président iranien, turc et russe.

«La République islamique d'Iran tend toujours sincèrement la main à ses voisins, car elle estime que les points communs sont plus nombreux que certaines préoccupations sans fondement et des intérêts provisoires», a-t-il déclaré.

«Si nous ne marchons pas sur la voie de la paix, les générations futures n'auront pas la possibilité de dialoguer», a-t-il déclaré dans son article.

Décrivant la sécurité au Moyen-Orient comme une denrée rare, il a ajouté que le Moyen-Orient est une grande maison réunissant des nations avec de nombreux points communs et de petites différences, mais il se transforme en un territoire géographique avec le moins de sécurité, où les conflits tribaux, religieux et ethniques s'enflamment.

Il semble que le monde d'aujourd'hui soit dans une impasse, de sorte que les règles historiques ainsi que les sciences qui constituent les bases des relations internationales sont tous incapables de gérer les affaires internationales, a déclaré M. Zarif.

Soulignant les points communs historiques, culturels et linguistiques entre les Arabes, les Turcs, les Perses et d'autres nations de la région, il a indiqué que ces similitudes peuvent se dire que ces traditions sont empruntées l'une à l'autre et entremêlées au cours de l'histoire.

Dans un tel espace, pourquoi abandonner toute ces points communs et poursuivre la logique de la confrontation, qui est n'a aucun résultat que le surpeuplement des mères en deuil et l'incitation de la haine qui engendre les guerres de, l'Age de l'ignorance?», a-t-il demandé.

Nous ne voulons pas témoigner une fois de plus des guerres sanglantes de l'Age de l'ignorance, on doit décider de régler les différends à la table de négociation plutôt que champ de bataille, a déclaré le Chef de la diplomatie iranienne.

Mise en évidence de la proposition de l'Iran à reconcevoir la région, le ministre iranien a déclaré qu'il vise à protéger les intérêts communs de tous les Etats de la région, tout en respectant les différences en même temps.

La base de la réingénierie est de bloquer la domination des grandes puissances sur les autres pays, de sorte que les petits États peuvent avoir la possibilité de contribuer aux affaires régionales, a-t-il dit.

La sécurité de l'Iran et de ses voisins repose sur le respect des principes communs énoncés dans les documents de l'ONU, selon Zarif, en notant que l'Iran insiste sur les principes tels que la souveraineté, éviter de toute menace de recours à la force, les résolution pacifique des crises, le respect de la souveraineté des pays sur la terre et les frontières, le refus de l'ingérence dans les affaires intérieures des pays et droit à l'autodétermination.

« Comme la sécurité commune exige des mesures sérieuses pour renforcer la confiance, comme annoncer les exercices militaires, la transparence des mouvements militaires et la réduction des dépenses d'armement. Cet objectif peut être atteint grâce à des mesures simples comme la promotion du tourisme, l'investissement et mise en œuvre des projets conjoints dans divers domaines, lutter contre la pollution de l'environnement, gérer les crises et la sureté et la sécurité nucléaire, y compris».

Notant que l'Iran considère les souffrances de la Palestine comme les siennes et sa liberté comme la sienne, Zarif a déclaré que la République islamique d'Iran estime que sa sécurité et sa stabilité dépendent de la sécurité et de la stabilité de la région, en particulier de la sécurité et de la prospérité de ses voisins, et que cette question devrait être priorité pour tous.

L'ran a dit à plusieurs reprises être prêt pour des pourparlers pour maintenir le bon voisinage, la sécurité et les intérêts communs, a déclaré Zarif, notant que tous les états régionaux sont responsables envers leurs nations, l'histoire et les générations futures.

Les présidents iranien, turc et russe participeront mercredi au deuxième tour des négociations tripartites à Ankara pour discuter de la situation syrienne.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**