Téhéran met en garde contre l'affaiblissement de l'accord nucléaire

New York, 3 avril, IRNA - L'ambassadeur et représentant permanent de la République islamique d'Iran auprès des Nations Unies a exhorté la communauté internationale à empêcher les Etats-Unis de saper l'accord sur le nucléaire.

Soulignant les intérêts de du multilatéralisme et la responsabilité collective pour préserver l'accord nucléaire, connue officiellement sous le nom du Plan d'action global commun (PAGC), Gholamali Khoshroo a déclaré lundi devant la Commission du désarmement des Nations Unies, que la communauté internationale ne devrait pas permettre à l'administration américaine de continuer à se moquer et à saper cet accord.

Comme vérifié et confirmé par l'AIEA dans ses 10 rapports consécutifs, l'Iran a pleinement mis en œuvre tous ses engagements dans le cadre du PAGC.

Khoshroo a indiqué: Comme nous l'avons dit à maintes reprises, le PAGC n'est pas une voie unilatérale. Par conséquent, la mise en œuvre par l'Iran de ses engagements ne pourrait se poursuivre que si toutes les autres parties continuent de mettre pleinement en œuvre leurs engagements, de manière effective et inconditionnelle.

«Il est évident que l'Iran réagira proportionnellement à toute non-exécution significative et continue des engagements du PAGC par un de ses participants. Je dois souligner que le JPAGC ne peut être renégocié ou modifié. L'AIEA est la seule autorité à vérifier l'engagement de l'Iran dans le cadre du PAGC. L'Iran continue d'appliquer provisoirement le Protocole additionnel à son accord de garanties et, selon le dernier rapport de l'AIEA.», a-t-il dit.

Selon le diplomate iranien, l'Iran ne peut pas et ne continuera pas à sauver l'accord sur le nucléaire à tout prix.

Khoshroo a déclaré que l'approche, la politique et la pratique irresponsables et destructrices actuelles des États-Unis en ce qui concerne le PAGC ont sérieusement remis en question sa continuité. Les actions américaines sont en contradiction avec la lettre, l'esprit et l'intention de l'accord, en particulier les articles 26, 28 et 29 selon lesquels toutes les parties sont engagées à faire tous les efforts de bonne foi pour soutenir ce PAGC, à empêcher l'ingérence dans la réalisation du plein bénéfice par l'Iran de la levée des sanctions, à faire tout son possible pour soutenir la mise en œuvre réussie de ce Plan d'action global commun, même dans leurs déclarations publiques et à s'abstenir de toute politique spécifiquement destinée à affecter directement et défavorablement la normalisation des relations commerciales et économiques avec l'Iran.

L'ambassadeur iranien a également souligné l'importance de la réunion de la Commission du désarmement au moment où le monde est nous confrontés à deux tendances alarmantes: la nouvelle course aux armements nucléaires et la nouvelle course à la modernisation des armes nucléaires.

Il a déclaré : Nous ne devrions pas permettre à l'ombre monstrueuse de la menace de ces armes inhumaines de continuer indéfiniment.

Selon lui, Les efforts du cycle actuel de la Commission devraient être axés sur l'adoption de recommandations sur le désarmement nucléaire et la non-prolifération des armes nucléaires.

«Nous attachons une grande importance à cette question au Moyen-Orient, où des efforts régionaux et internationaux de longue date visant à établir une zone exempte d'armes nucléaires, proposés par l'Iran en 1974, sont jusqu'ici entravés par l'objection obstinée du régime israélien», a-t-il ajouté.

Par conséquent, il faut contraindre Israël à adhérer au traité de non-prolifération sans aucune condition et en tant que parti non doté d'armes nucléaires, et à placer toutes ses installations et activités nucléaires sous les garanties généralisées de l'AIEA, a-t-il conclut.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**