7 avr. 2018, 10:12
Code d'info: 82879242
0 Persons
L'Iran est la principale victime des armes chimiques

Vienne, 7 avril, IRNA - L'Iran est la principale victime des armes chimiques et du silence du monde, a déclaré le représentant permanent de la République islamique d'Iran auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Ali-Reza Jahangiri.

Suite à l'empoisonnement de deux ressortissants russes en Grande-Bretagne et la mise en cause de Moscou par les britanniques et une partie des occidentaux, la délégation russe a appelé à une session extraordinaire du Conseil exécutif de l'OIAC sur la question mercredi.

Dans son discours, Jahangiri a fermement condamné l'utilisation d'armes chimiques en toutes circonstances et a souligné que l'Iran a été l'une des principales victimes de ces armes.

Le texte intégral du discours est le suivant:

Au nom de Dieu

Monsieur le Président,
Monsieur le Directeur général,
Excellences,
Délégués distingués,

La République islamique d'Iran condamne dans les termes les plus forts l'utilisation d'armes chimiques par quiconque, n'importe où, n'importe quand et en toutes circonstances, et les responsables de tels actes ainsi que leurs partisans doivent être tenus responsables.

Nous pensons que cette organisation est habilitée à traiter toute allégation d'utilisation d'armes chimiques grâce à un régime de vérification solide. À cet égard, les articles IX et XIV demandent aux États membres d'examiner toute question au moyen du mécanisme existant dans la Convention.

Par conséquent, nous sommes d'avis que la procédure définie dans la Convention pourrait également s'appliquer à «l'incident de Salisbury». La République islamique d'Iran, en tant qu'État partie à la Convention, estime que la politisation de toute question dans le contexte de la CAC n'est pas favorable aux États parties et met en danger la crédibilité de l'OIAC. Il ne fait aucun doute que le fait apparaîtra à l'avenir et l'ambiguïté disparaîtra.

Monsieur le Président,

Il est hautement attendu que les États parties, dans tout cas suspect qui mérite d'être examiné par l'OIAC, présentent leurs documents concrets pour aider l'Organisation dans son travail de clarification de l'affaire. Il est évident que suivre cette approche nous aidera certainement à éviter les préjugés et les accusations envers les autres États parties.

Je voudrais ajouter ma voix aux autres délégations qui se sont associées au projet de décision présenté par la délégation de la République populaire de Chine et de la Fédération de Russie.

Monsieur le Président,

Dernier point, mais non des moindres, tout en nommant certains États membres victimes d'armes chimiques, ma délégation est profondément déçue de faire face à certaines déclarations dans lesquelles la suppression du nom de la République islamique d'Iran, principale victime de l'utilisation contemporaine d'armes chimiques, a délibérément ou par inadvertance eu lieu. Vingt et un ans après l'entrée en vigueur de la Convention, je dois dire avec regret que la République islamique d'Iran a non seulement été la principale victime de l'utilisation d'armes chimiques, mais aussi la victime du silence du monde.

En terminant, monsieur le président, je demande que cette déclaration soit diffusée en tant que déclaration officielle de la cinquante-septième réunion du Conseil exécutif et qu'elle soit affichée sur le site Web externe et public.

Je vous remercie.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**