8 avr. 2018, 12:34
Code d'info: 82880352
0 Persons
Journal italien: L'Iran est un acteur logique de la région

Rome, 8 avril, IRNA – Un journal italien a décrit la République Islamique comme un acteur logique de la région, en faisant référence à la politique anti-Iran de Riyad et Washington et à la nomination de John Bolton comme conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis.

Selon le célèbre journal italien «L'INDRO» les menaces répétées du président américain Donald Trump sur le sortie de l'accord nucléaire iranien (PAGC) ainsi que la nomination de John Bolton comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, ont créé de plus en plus un sentiment anti-iranien.

Lors d'une récente visite à Washington du prince héritier saoudien Mohammed Bin Salman, l'Iran a fait l'objet d'attaques sévères, a indiqué Lindro, cité par l'agence de presse de la République islamique à Rome.

Raffaele Mauriello, professeur de géopolitique et de sécurité mondiale à l'Université Sapienza de Rome et de littérature persane à l'Université Allama Tabatabaei de Téhéran, a souligné le rôle croissant de l'Iran dans la région lors d'une interview avec Lindro. Selon lui, avoir un allié comme l'Iran serait dans l'intérêt des Etats-Unis.

« Sans aucun doute l'influence de l'Iran sur la région a augmenté ces dernières années. La présence du président iranien Hassan Rohani dans le sommet tripartite jeudi avec ses homologues russe et turc Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à Ankara, pour discuter de l'avenir de la Syrie, manifeste l'importance croissante de Téhéran sur la scène en Syrie et au Moyen-Orient» a déclaré le professeur Mauriello.

«En dépit de la signature de l'accord nucléaire en 2015, l'Iran était toujours ciblé aux lourdes sanctions économiques imposées par les Etats-Unis. Malgré la rhétorique anti-iranienne de Washington, Téhéran suivrait une politique étrangère pragmatique et réaliste», a-t-il dit.

Il a déclaré: «Depuis plus de 20 ans, l'Iran joue un rôle tout à fait logique dans les relations internationales et la géopolitique».

«C'est un pays très compliqué avec une population de 80 millions d'habitants et une superficie trois fois plus grande que la France. Si on le compare à d'autres acteurs de la région comme l'Arabie Saoudite, l'Afghanistan, l'Irak, le Liban ou la Syrie, on se rendra compte que l'Iran est plus grand que les autres en termes de population, de terres et de ressources ... ».

La plupart des politiques de l'Iran vont à l'encontre de celles des Etats-Unis et c'est ce qui donne l'impression d'un acteur illogique. Mais ce n'est pas vrai parce qu'il agit très raisonnablement.

Soulignant que l'Iran peut faire partie de la solution au problème du Moyen-Orient, Mauriello a déclaré au journal italien qu'aujourd'hui la situation du Proche-Orient était très différente de ce qu'elle était il y a 20 ans.

Selon lui, l'Iran cherche à préserver la situation (géographique) actuelle. Le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif dit toujours que la République islamique respecte les frontières internationalement reconnues et ne veut pas de changement dans ces frontières. En fait, il y a peu d'acteurs qui suivent cette politique.

Il a ajouté que l'Iran s'opposait à la guerre civile en Syrie et à l'occupation de l'Irak en 2003. «Par exemple, au Yémen, l'Iran n'a aucune part à la crise dans ce pays. L'Iran a d'abord fait une proposition à l'Arabie saoudite, mais les Saoudiens ont affirmé de manière illogique que l'Iran devrait d'abord quitter le Yémen, le Liban et l'Irak », a-t-il déclaré.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**