L'Iran rejette l'instrumentalisation de la question des armes chimiques

Téhéran, 11 avril, IRNA - Un haut conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Jaberi Ansari, a déclaré mardi que l'instrumentalisation de la question des armes chimiques était inacceptable, affirmant que l'Iran était favorable à une approche légale de l'utilisation de ces armes.

S'adressant à l'IRNA en marge d'une rencontre avec l'envoyé spécial de Poutine sur les affaires syriennes, Alexandre Lavrentiev mardi soir, il a ajouté que le traitement des allégations concernant l'utilisation d'armes chimiques devrait suivre une voie légale.

La rencontre d'aujourd'hui sur les derniers développements en Syrie et dans la région s'est déroulée conformément à un accord entre les présidents iranien et russe à Ankara, a-t-il dit, notant qu'ils ont convenu à Ankara que des consultations étroites sur la Syrie entre les deux pays se poursuivent.

«La Syrie est exposée à de nouvelles menaces de la part des Etats-Unis et d'autres pays qui veulent prendre des mesures contre la Syrie en soulevant la question des armes chimiques», a-t-il déclaré.

La position de l'Iran comme la plus grande victime des armes chimiques à l'époque contemporaine a toujours été transparente et claire et le pays n'acceptera pas d'utiliser de telles armes, a déclaré Ansari, arguant que vu leurs dommages irréparables, l'Iran est à l'avant-garde de l'opposition aux armes chimiques dans toute guerre.

Le haut diplomate iranien a également noté que chaque fois qu'une réalisation majeure est faite face aux terroristes, une nouvelle tactique et un jeu coordonnés sont introduits par les groupes terroristes et d'autres parties.

Ils essaient d'arrêter les développements à travers des jeux tels que la question des armes chimiques pour continuer leur poussée permanente pour promouvoir l'insécurité et l'instabilité et la protection des terroristes, a déclaré Ansari.

L'Iran n'acceptera jamais l'instrumentalisation de la question des armes chimiques qui a été transformée en outil entre les mains des puissances étrangères en Syrie et dans la région, a-t-il dit, notant que la position des deux pays à cet égard était proche.

Le soutien des pays aux terroristes a provoqué une instabilité massive en Syrie et dans la région, a-t-il déploré.

M. Lavrentiev a discuté mardi des développements récents en Syrie avec le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale Ali Shamkhani et Jaberi-Ansari à Téhéran.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**