Un député britannique exhorte le Royaume-Uni à s'engager avec l'Iran pour maintenir la trêve en Syrie

Londres, 15 avril, IRNA - Dans une lettre adressée au Premier ministre britannique, Theresa May, le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a appelé à s'engager avec l'Iran dans l'établissement de la paix en Syrie.

«Des centaines d'enfants non accompagnés restent en Europe et le Royaume-Uni doit faire plus grâce à l'amendement Dubs. Cela signifie s'engager avec toutes les parties impliquées dans le conflit - y compris l'Iran, Israël, la Russie, l'Arabie saoudite, la Turquie et les États-Unis - pour assurer un cessez-le-feu immédiat », peut-on lire dans la lettre.

Commentant l'agression tripartite de samedi sur la Syrie, Corbyn a déclaré: «Comme je l'ai dit, je crois que le Parlement aurait dû être consulté et aurait du voté sur la question. Le Premier ministre britannique est responsable devant le Parlement et non devant les caprices du Président américain. Je crois que l'action était légalement discutable, et ce matin, le secrétaire général de l'ONU l'a dit, en réitérant que tous les pays doivent agir conformément à la charte de l'ONU».

Les États-Unis et leurs alliés, le Royaume-Uni et la France ont ciblé la capitale syrienne de Damas samedi matin. L'attaque américaine sur une base militaire à Homs, dans l'ouest de la Syrie, a blessé trois civils, a rapporté l'agence de presse arabe syrienne (SANA).

Il a ajouté: «Étant donné que ni l'ONU ni l'OIAC n'ont encore enquêté, il est clair que les moyens diplomatiques et non militaires n'ont pas été complètement épuisés. Il est maintenant d'une importance vitale que les inspecteurs de l'OIAC, qui doivent arriver à Douma aujourd'hui, soient autorisés à faire leur travail et à publier leur rapport dans leurs conclusions - et à faire rapport au Conseil de sécurité des Nations Unies».

«Je me réjouis donc de votre assurance qu'il n'y aura pas d'autres bombardements alors que les inspecteurs de l'OIAC sont sur le terrain. Ils doivent être autorisés à mener leurs inspections sans entrave », a-t-il réitéré.

Les médias affiliés aux terroristes avaient affirmé que les avions de chasse syriens avaient mené une attaque chimique contre Douma samedi dernier, tuant 75 personnes et en blessant des dizaines d'autres. C'est alors que la Syrie avait déjà mis en garde contre les tentatives des terroristes d'orchestrer un scénario d'attaque chimique dans la Ghouta orientale.

Corbyn avait précédemment décrit les frappes aériennes sur la Syrie comme légalement douteuses et a accusé Theresa May de «traîner après Donald Trump» dans une attaque qui pourrait faire dégénérer le conflit.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**