17 avr. 2018, 14:13
Code d'info: 82888987
0 Persons
Une «mission accomplie» ou une mission impossible?

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont ciblé la Syrie samedi matin avec des centaines de missiles. Le système de défense aérien syrien a détruit 71 missiles de croisière avancés avant qu'ils n'atteignent leurs objectifs. Le président des États-Unis, Donald Tramp, a annoncé le début du raid dans un message télévisé et a écrit un tweet quelques heures après: «Mission accomplie».

Ce tweet du président américain a étonné de nombreux politiciens et les médias, même en Amérique.

Selon les médias officiels et les experts militaires, plus de 70 de ces missiles ont été interceptés et détruits par la défense antiaérienne syrienne, et les autres missiles ont touché des zones non stratégiques et n'ont pas causé beaucoup de dégâts militaires à Damas.

Allors, de quelle mission parle le Président américain ?

De nombreux utilisateurs de réseau virtuel ont ridiculisé cette phrase de Donald Trump.

La resultat de la récente attaque aérienne américaine, britannique et française est que la défense anti-missile de Syrie pourrait bien suivre et détruire les missiles sophistiques et avancés.

Le fait est que les États-Unis et certains de leurs alliés occidentaux ne peuvent pas déséquilibrer les forces dans la région avec des opérations militaires ou changer la géopolitique du Moyen-Orient.

En d'autres termes, l'équilibre des forces dans ce domaine est basé sur des forces internes, et des variables étrangères pourraient provoquer certains problèmes dans cette région mais définitivement elles ne peuvent perturber les structures stratégiques et les relations de cette partie du Moyen-Orient qui sont basées sur les capacités locales.

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont ciblé plusieurs régions du monde au cours des dernières décennies, en particulier au Moyen-Orient, mais la récente frappe aérienne contre la Syrie était un autre test sensiblement différent avec des actions militaires américaines précédentes.

L'engagement militaire américain contre l'Afghanistan en 2001, l'attaque militaire contre l'Irak en 2003, des opérations continues de drones américains au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen, en Libye et en Somalie ont coûté très cher à Washington, mais le fait est que la récente attaque aérienne contre la Syrie a coûté plus cher au cours des deux dernières décennies que toutes les guerres américaines.

La Syrie a démontré samedi que seule et avec ses capacités internes, elle pourrait défier les capacités militaires des Etats-Unis et de ses alliés, et avoir une brillante résistance contre eux. C'est un coût énorme pour les politiciens de la Maison Blanche.

Deux hypothèses sont faites pour la phrase «mission accomplie» de Donald Trump. Le mot pourrait être dû au manque de connaissance du président américain pour les affaires militaires, ou bien cette phrase montre que la Maison Blanche a été confronté à une vérité irréfutable: Si la Syrie pouvait traquer et détruire les deux tiers des missiles de croisière américains. Dans ce cas, d'autres pays puissants avec des niveaux de défense et de profondeur stratégique plus élevés réussiront bien mieux à contrer de telles attaques.

Par: Mohammad Reza Erfanian

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**