Attaquer la Syrie est une honteuse hérésie des relations internationales

Téhéran, 17 avril, IRNA - Le président Hassan Rohani a déclaré mardi que les attaques contre la Syrie seraient considérées comme une hérésie honteuse dans les relations internationales et a conseillé à tous d'être sensibles aux ingérences illégales dans les développements régionaux.

Rohani a fait ces remarques lors d'une conversation téléphonique avec son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan mardi.

L'Iran attache de l'importance à la Turquie en tant qu'Etat musulman voisin, ajoutant que Téhéran est satisfait de l'approfondissement des excellentes relations entre les deux pays.

Téhéran estime que l'expansion et l'approfondissement des relations globales aideront à accélérer le rythme de cette coopération, a déclaré le président Rohani.

Téhéran et Ankara devraient renforcer leurs relations afin de prévenir l'escalade des tensions en Syrie, a déclaré Rohani.

La lutte contre le terrorisme, la fin de la guerre civile en Syrie et la restauration de la sécurité en Syrie figurent parmi les objectifs communs de l'Iran, de la Russie et de la Turquie, a-t-il déclaré.

La récente attaque militaire des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France contre la Syrie était une hérésie honteuse au sein d'organisations internationales qui ont laissé passer des pouvoirs d'intimidation pour envahir n'importe quel pays, a dit Rohani.

Critiquant les politiques à double standard des pays occidentaux en matière d'utilisation d'armes chimiques contre l'Iran, il a déclaré que Saddam avait utilisé plusieurs fois des armes chimiques, mais le silence de ces puissances a prouvé qu'elles n'étaient pas sensibles à de tels mouvements.

L'Iran fait partie des victimes des armes chimiques, a déclaré le président Rohani, ajoutant que le pays est désormais très sensible à l'utilisation des armes chimiques et condamne fermement tout pays qui l'utilise.

Quand rien n'a été prouvé et que les inspecteurs de l'ONU n'ont pas déclaré le résultat de leurs enquêtes, aucun pays ne devrait être autorisé à prendre des mesures militaires, a-t-il dit.

Pourquoi les pays envahisseurs n'ont-ils pas laissé les inspecteurs de l'ONU mener leurs recherches?, a souligné le président Rohani.

Dans de telles circonstances, le soulagement de la tension en Syrie et la non-ingérence des pays occidentaux dans les problèmes nationaux de la Syrie devraient être considérés comme deux points de principe majeurs.

Au cours de la conversation téléphonique, le président turc, pour sa part, a déclaré qu'Ankara se félicitait de l'expansion des relations et de la coopération avec Téhéran.

Il a également exprimé l'espoir que la visite du ministre turc de l'Economie à Téhéran contribuerait à augmenter le volume des échanges commerciaux entre les deux pays.

Au sujet des développements syriens, le président Erdogan a déclaré que l'intégrité territoriale du pays devrait être respectée et que tous les pays devraient savoir que les problèmes du pays doivent être résolus par des moyens politiques et que les récents développements ont démontré les efforts conjoints de l'Iran, de la Russie et de la Turquie.

Critiquant l'utilisation d'armes chimiques, il a déclaré que les inspecteurs de l'ONU devraient lancer leurs enquêtes et que toutes les parties devraient les aider à atteindre leurs objectifs.

Ankara ne laissera jamais la Syrie se désintégrer, a souligné le président turc.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9053**