28 avr. 2018, 09:09
Code d'info: 82899353
0 Persons
L'Iran dénonce les politiques israéliennes et saoudiennes

New York, 28 avril, IRNA - La mission permanente de l'Iran auprès des Nations Unies a fermement rejeté les allégations et les politiques du régime sioniste d'Israël et d'Arabie saoudite comme principale source de menace pour la paix et la sécurité dans cette région.

La déclaration de la République islamique d'Iran a été lue jeudi lors de la session du Conseil de sécurité des Nations Unies pour discuter de la plainte palestinienne sur les crimes israéliens à Gaza, mais le régime sioniste et l'Arabie Saoudite l'ont exploité pour répéter leurs allégations contre Téhéran .

Le texte intégral de la déclaration de l'Iran est le suivant:

Quelques déclarations phobiques et hystériques de quelques-uns que nous avons entendues aujourd'hui et récemment sont activement perpétuées par ceux qui ont grand besoin de créer un ennemi imaginaire pour vendre leurs «belles armes» et ceux qui enracinent leur occupation illégale ou leur agression en utilisant de tels armes. C'est une sale affaire qui n'a rien à voir avec la paix et la sécurité au Moyen-Orient.

Aucun théâtre politique, comme ce que nous avons vu ce matin à l'intérieur et à l'extérieur de cette salle et à plusieurs reprises par les représentants du régime israélien, ne peut masquer les politiques agressives et d'expansion de ce régime et de ses voisins menaçant la paix et la sécurité dans cette région.

La présence consultative de l'Iran en Syrie est à la demande du gouvernement syrien et légitime afin d'aider les Syriens à combattre et finalement éliminer tous les groupes terroristes en particulier DAESH et tous les autres individus, groupes, entreprises et entités qui leur sont associés et restaurer l'unité de leur pays et de parvenir à une solution politique. Nous rejetons catégoriquement les allégations israéliennes comme une fabrication sans fondement et pure.

Il est en effet très ironique qu'un régime israélien célèbre pour ses atrocités, ses politiques d'apartheid et ses crimes de guerre, qui est bien documenté dans différents organes et agences des Nations Unies, non conforme à de nombreuses résolutions de l'ONU et occupant des terres d'autres peuples pendant de nombreuses décennies, d'accuser d'autres pays de manière si sinistre. Il est également absurde que le même régime ayant des antécédents bien connus de mise au point, de production et de stockage de différents types d'armes inhumaines, y compris des entreprises d'armement nucléaire, accuse faussement les autres d'essayer d'acquérir des armes similaires.

Les allégations sans fondement contre la République islamique d'Iran, dans le cadre de ses mesures provocatrices et déstabilisatrices dans la région, visent à détourner la communauté internationale de ses propres crimes systématiques, y compris son soutien à l'idéologie wahhabite-Takfiri dont le siège est l'Arabie Saoudite.

La situation au Yémen est un autre exemple où la guerre d'agression de l'Arabie Saoudite est la raison sous-jacente de l'escalade de la crise. Les agresseurs ainsi que les complices de cette guerre ont tenté à de nombreuses reprises de couvrir leurs crimes de guerre honteux en introduisant fausses accusations contre des tiers. Les Etats-Unis poursuivent leur lucratif commerce d'armes au Yémen alors que les responsables de la création de la pire crise humanitaire dans le monde se préparent à remettre leurs chèques pour aider les victimes de leurs propres atrocités.

Les mesures prises par la coalition saoudienne et les attaques aériennes non discriminatoires au cours des trois dernières années ont fait de nombreuses victimes parmi les femmes et les enfants, des millions de déplacés, une pauvreté et une faim accrues dans un pays déjà pauvre et des épidémies de maladies. De telles mesures politiques ambitieuses et expansionnistes ainsi que le blocus inhumain et «l'utilisation de la menace de la famine comme instrument de guerre» équivalent à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité qui devraient être soigneusement étudiés et dûment poursuivis.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench