L'OANA pour contrer le courant médiatique à sens unique

Moscou, 2 septembre, IRNA - L’Organisation des agences de presse de l’Asie et du Pacifique (OANA) a été créée pour améliorer la performance des agences de presse régionales et pour lutter contre le courant médiatique à sens unique dans le monde selon une déclaration de TASS à l'agence de presse de la République islamique (IRNA).

«L'OANA a une histoire riche et des agences de premier plan d'Asie et d'Océanie y sont présentes», a déclaré Mikhail Solomonovich Gusman, lors d'une rencontre à Téhéran.

A la veille de son voyage à Téhéran pour participer à la réunion de l’OANA lundi, Gusman a invité des employés d’IRNA à Moscou dans son bureau et leur a parlé de la situation actuelle de l’OANA et de ses projets et objectifs futurs.

Affirmant que la Russie est un fondateur et l’Iran l’un des premiers membres de l’OANA, il a ajouté que le fait que le conseil exécutif de l’OANA se réunisse à Téhéran n’est pas un accident; «L'IRNA a joué un rôle important dans l'organisation depuis son adhésion.»

Déclarant que la réunion de l’OANA est une bonne occasion pour les agences de presse d’échanger leurs expériences et que leurs présidents se rencontrent pour faciliter les relations bilatérales et multilatérales, il a déclaré: «L'IRNA et nous avons élargi nos liens dans le même cadre».

Faisant référence au fait que certains pays sont très actifs et d'autres inactifs dans les médias et les informations, Gusman a déclaré que l'OANA pouvait illustrer une image plus réelle des membres de l'État.

«C'est un fait que les pays occidentaux sont mieux équipés et ont une histoire plus riche dans le travail des médias et sont mieux organisés. Nous avons créé l'OANA pour coopérer afin de mieux contrer le courant médiatique à sens unique.»

Le directeur général adjoint de TASS a déclaré que le principal objectif des médias est de renforcer la paix dans le monde et que les objectifs d’IRNA et de TASS sont les mêmes.

«Notre objectif principal n'est pas de laisser les extrémistes influencer notre public; nos agences de presse ne doivent pas suivre les tendances négatives; ils devraient renforcer la paix dans le monde ».

En disant qu'il est pessimiste au sujet des médias sociaux, Gusman a ajouté que même si les médias sociaux sont nouveaux et comptent des millions de membres, ils ne peuvent pas être considérés comme des sources d'information professionnelles.

«Malheureusement, les médias sociaux sont la raison pour laquelle les informations sont utilisées à mauvais escient et les fausses informations deviennent virales», a-t-il déclaré, ajoutant qu'IRNA et TASS luttent contre les fausses informations.

«Nous pouvons accepter les médias sociaux comme un nouveau phénomène, mais ils ne peuvent jamais égaler les agences de presse.»

Gusman a déclaré que TASS et IRNA sont le pont entre les autorités et le grand public et que les médias sociaux ne peuvent jouer ce rôle.

«Nous parlerons de la question à Téhéran pour trouver un moyen de synergie pour contrer les fausses informations publiées dans les médias sociaux.»

L'OANA a été fondée en 1961 dans le but de faciliter la diffusion de l'information dans la région, soutenue par l'entité culturelle de l'ONU, l'UNESCO. L'organisation couvrant les deux tiers de la population mondiale compte aujourd'hui 44 membres originaires de 35 pays d'Asie et d'Océanie.

L'Iran, en tant que membre de longue date, était le président en rotation en 1997-2000. La période a été suivie d'un mandat de vice-présidence jusqu'en 2016. Le pays est désormais membre du conseil exécutif de l'OANA.

La dernière (16ème) assemblée générale de l'OANA s'est tenue dans la capitale de l'Azerbaïdjan, Bakou, en 2016 pour soumettre la présidence au pays d'Asie centrale.

Lors de la réunion de Téhéran, la Corée du Sud devrait assumer la présidence tournante pour les trois prochaines années.

Le comité exécutif est composé de 13 membres dont Azertac, ITAR-TASS, Xinhua, Yonhap et Anadolu sont les membres actuels du conseil d’administration.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench