5 sept. 2018 à 12:12
Code d'info: 83023484
0 Persons
L'Iran appelle à l'aide dans la lutte contre le trafic de drogue

Moscou, 5 septembre, IRNA- Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères chargé des affaires juridiques a déclaré que tous les pays bénéficiant des efforts de l’Iran dans sa campagne contre le trafic de drogue devraient fournir une assistance technique et financière à Téhéran.

Gholamhossein Dehqani s'est entretenu mardi avec le sous-secrétaire général et directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), Youri Fedotov, en Russie.

Le responsable iranien s'est rendu en Russie pour participer à une conférence internationale sur la lutte contre le ravitaillement en armes des terroristes.

Il a ajouté que l’Iran avait été au front de la guerre contre les trafiquants de drogue au cours des dernières décennies et avait perdu beaucoup de ses forces.

ll a décrit que l’augmentation de la production de stupéfiants dans l’Afghanistan voisin et les activités des passeurs pour les transporter à l’étranger constituent de graves menaces pour la sécurité de l’Iran et d’autres pays.

Dehqani a souligné le lien étroit entre le trafic de drogue et le terrorisme, affirmant qu'aujourd'hui l'une des principales sources de financement du terrorisme est le trafic de drogue, en particulier dans notre région.

Il a déclaré que les efforts déployés par un seul pays pour lutter contre ce phénomène ne sont pas suffisants. «Cela nécessite un soutien international fort et une coopération entre les pays.»

Le responsable onusien a déclaré que l’ONUDC tenterait de répondre aux préoccupations de l’Iran concernant le trafic de drogue en provenance d’Afghanistan.

Fedotov et Dehqani ont discuté des moyens de promouvoir la coopération bilatérale dans la lutte contre le trafic de stupéfiants et les activités terroristes dans la région.

L’Iran, qui a une frontière commune de 900 kilomètres avec l’Afghanistan, a été utilisé comme principal canal de contrebande de drogues afghanes vers les principaux points névralgiques en Europe.
Malgré des coûts économiques et humains élevés, l’Iran lutte activement contre le trafic de drogue depuis trois décennies.

Le pays a dépensé plus de 700 millions de dollars pour sceller ses frontières et empêcher le transit de stupéfiants destinés aux pays d’Europe, d’Arabie et d’Asie centrale.

La guerre contre le trafic de drogue en provenance d’Afghanistan a coûté la vie à près de 4 000 policiers iraniens au cours des quatre dernières décennies.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**