Le Sommet de Téhéran vise à neutraliser la coalition régionale américaine

Téhéran, 7 septembre, IRNA- Un expert des affaires internationales a déclaré que le sommet des présidents iranien, russe et turc à Téhéran pouvait neutraliser la coalition formée dans la région contre la politique régionale iranienne et porter le message que l’Iran n’était pas seul en Syrie.

Morteza Makki, expert des affaires internationales, a déclaré que le sommet tripartite des chefs d’État d’Iran, de Russie et de Turquie, est la troisième du genre à se tenir dans le cadre du processus d'Astana pour coordonner les efforts visant à rétablir la sécurité et la stabilité en Syrie.

Contrairement à la précédente série de pourparlers qui a eu lieu dans différentes villes du monde ces dernières années et qui n’a pas permis de mettre fin à la crise syrienne, les négociations à Astana avec la participation de trois États garants - l’Iran, la Russie et la Turquie pour établir la paix en Syrie.

Le sommet revêt une importance supplémentaire étant donné que la province syrienne d'Idlib, dernière région contrôlée par les organisations terroristes, a été assiégée et que le compte à rebours a commencé pour sa libération.

Considérant que des efforts sont en cours pour minimiser les pertes civiles lors des opérations de libération de la province, Il est important que les trois États garants fassent la dernière coordination pour veiller à ce que le processus de paix entre dans sa phase finale et que cette question soit à l’ordre du jour du sommet de Téhéran.

Makki a affirmé que «le problème de la Syrie n'est pas le seul axe des discussions à Téhéran. Les trois pays d'Iran, de Russie et de Turquie ont de nombreux points communs dont le plus important est que les trois États ont été sanctionnés par les États-Unis. Le trio tentera de minimiser les effets des sanctions grâce à une coopération trilatérale. »

Il a déclaré que la tendance à la coopération entre les trois pays est importante car en concevant un mécanisme financier, ils peuvent d'une manière ou d'une autre diminuer les impacts des sanctions.

Concernant le rôle de l’Iran dans l’élimination du terrorisme dans la région, M. Makki a déclaré que les trois pays, par le biais de leur coalition, avaient progressé dans la lutte contre le terrorisme et dans la stabilité de la région. Ils ont également empêché Bagdad et Damas de tomber entre les mains des terroristes de Daech.

Ce fut une victoire pour Téhéran et une grande déception pour eux.

Le président iranien Hassan Rohani, le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan se réuniront vendredi à Téhéran pour un échange de vues sur le processus de lutte contre le terrorisme et la sécurité en Syrie.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**