L'UE doit combler le vide du retrait américain de l'accord nucléaire

Berlin, 16 septembre, IRNA- Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré samedi lors d’une interview publiée samedi dans un entretien à Berlin, que le gouvernement iranien devait prendre des mesures pour neutraliser les conséquences de la décision des Etats-Unis de quitter un accord nucléaire en Iran.

Mohammed Javad Zarif a déclaré au magazine allemand Der Spiegel que l’Iran pourrait «réduire sa mise en œuvre» de l’accord et éventuellement augmenter les activités d’enrichissement d’uranium si l’accord nucléaire était compromis par «les actions des américains et la passivité des Européens».

«Les Européens et les autres signataires doivent agir pour compenser les conséquences des sanctions américaines», a déclaré Zarif au magazine, qualifiant une série de mesures élaborées par l'Europe d'une étape importante qui devrait maintenant être mise en œuvre.

«Ce qui est primordial: l'Europe doit le faire non pas pour l'Iran, mais pour ses intérêts économiques souverains et à long terme».

Les responsables de l’Union européenne s’opposent fermement à la décision des États-Unis de mai de se retirer de l’accord nucléaire et ont cherché à sauver l’accord sous une forme ou une autre.

L'Allemagne a déclaré vendredi qu'elle envisageait de mettre en place un système de paiement avec ses partenaires européens, ce qui permettrait de poursuivre les transactions commerciales avec l'Iran une fois que les sanctions américaines auront été appliquées.

Zarif a déclaré que la plus grande priorité de Téhéran était de continuer à vendre une quantité raisonnable de pétrole dans le monde entier et de retourner le produit à l’Iran, tout en encourageant les investissements et la coopération dans des domaines tels que la technologie et la recherche.

«L’Europe a déclaré que l’accord nucléaire était dans son intérêt sécuritaire. Ensuite, l'Europe doit être prête à payer pour sa sécurité », a déclaré Zarif. «Rien n'est gratuit.»

Il a déclaré que l’Europe devrait être «prête à payer pour sa sécurité» en mettant en œuvre un «accord de blocage» de l’Union européenne en vertu duquel elle pourrait punir les entreprises européennes qui se retirent des accords commerciaux iraniens.

«La question est de savoir si l'Europe veut que ses entreprises suivent les lois européennes ou américaines, ou si elle se soumettra aux diktats américains», a déclaré Zarif.

Il a déclaré que l’Iran avait des options pour agir si l’Europe n’agissait pas pour indemniser l’Iran pour les sanctions américaines.

«Nous ne devons pas nécessairement annuler l'accord. L'article 36 de l'accord et la résolution de sécurité 2231 permettent de réduire la mise en œuvre sans l'annuler », a-t-il déclaré.

A la question de savoir si l’Iran pourrait reprendre l’enrichissement de l’uranium, il a déclaré: «Ce serait l’une des possibilités.»

Zarif a déclaré que Téhéran ne «perdrait pas son temps» dans des négociations supplémentaires avec les Etats-Unis sur le comportement de l’Iran dans la région à moins que Washington n’annule sa décision de se retirer de l’accord nucléaire.

«Ce n’est que lorsque l’Europe veille à ce que l’accord soit mis en œuvre que l’Iran peut voir s’il faut essayer de parler d’autres questions», a-t-il déclaré.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench