Le Think tank appelle à la création d'un fonds médical entre l'Europe et l'Iran

Téhéran, 17 septembre, IRNA- L'Union européenne et l'Iran pourraient envisager la création d'un fonds médical pour le transfert de médicaments et de fournitures médicales en Iran, a indiqué le Conseil européen des relations étrangères dans un rapport.

Dans de tels cas, aucune action bancaire n'est nécessaire et le risque de punition des entreprises européennes par les Etats-Unis sera réduit, a déclaré le conseil.

Eli Granmayeh, associé principal du groupe de réflexion et James Miller, l'un des dirigeants du Oxford International Development Group, ont ajouté dans une note intitulée «Iran; un cas pour le commerce des biens humanitaires» que les nouvelles sanctions américaines avaient mis en danger la santé de nombreux Iraniens et l’Europe pourrait le faire en prenant des mesures fermes selon son engagement nucléaire.

Selon le think tank européen établi par le britannique Marc Leonard en 2007, avec la reprise des sanctions de Washington contre Téhéran, la crise dans le secteur des soins de santé en Iran a augmenté et de nombreux reportages indiquent une pénurie de médicaments essentiels et devraient augmenter après les sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien en novembre.

Les entreprises européennes et américaines capables de fournir les médicaments et les équipements nécessaires pour traiter les maladies chroniques en Iran risquent désormais d’être punies par les États-Unis pour non-respect des sanctions, mais si des fournitures médicales entrent en Iran, mais si des fournitures médicales entrent en Iran, en raison de la hausse des cours du dollar par rapport au Rial, elles sont vendues à des prix astronomiques.
En fait, le principal impact de ces sanctions concerne les Iraniens ordinaires.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme a récemment averti que les sanctions porteraient atteinte aux droits de l'homme de l'Iran, aux populations les plus pauvres et au manque de financement pour acheter des biens importés.

Cependant, le gouvernement américain nie l'impact de ces sanctions sur les citoyens ordinaires en prétendant soutenir le peuple iranien.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422*