L'OPEP met en garde contre les conséquences des sanctions sur exportations de pétrole iranien

Téhéran, 19 septembre, IRNA - Le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a exprimé son inquiétude quant à la mise en péril de l’offre mondiale de pétrole en sanctionnant les exportations de pétrole iranien.

Selon l’agence de presse Bloomberg, les sanctions unilatérales des États-Unis sur les ventes de pétrole par l’Iran, qui entreront en vigueur le 4 novembre, ont déjà eu un effet néfaste sur les exportations de pétrole du pays.

Mohammad Barkindo, le secrétaire général de l'OPEP, a déclaré mardi que le gouvernement iranien était un producteur et un exportateur de pétrole «très important».

«Lorsque de grands producteurs sont confrontés à des problèmes d’approvisionnement, c’est une préoccupation pour l’OPEP et les consommateurs», a-t-il poursuivi.

Depuis le début de l’année, le pétrole brut s’établit en moyenne à environ 72 dollars le baril.

La semaine dernière, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a prévenu que si les autres producteurs ne pouvaient pas compenser le déficit de production pétrolière entre l’Iran et le Venezuela, les prix du pétrole atteindraient plus de 80 dollars le baril.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine (les plus gros consommateurs de pétrole au monde) pourrait réduire la demande mondiale de pétrole, a déclaré l’AIE.

En août, la production de pétrole du Venezuela a chuté à 1,235 million de barils par jour.

La production de pétrole brut de l’Iran a également chuté à 3,184 millions de barils par jour le mois dernier, soit 150 000 barils de moins par jour que le mois précédent.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench