Les entreprises sud-coréennes ne coupent pas leur coopération avec l'Iran

Téhéran, 22 septembre, IRNA - Malgré les sanctions, les entreprises sud-coréennes n’ont pas rompu leurs relations avec l’Iran, a déclaré l’ambassadeur de Corée du Sud à Téhéran, Yo Jang Hyan.

Jang Hyan a tenu ces propos lors d’une réunion avec le chef adjoint de la Chambre de commerce, d’industrie, de mines et d’agriculture de Téhéran, Mohammad Reza Bakhtiari, vendredi.

Les entreprises coréennes sont intéressées à travailler en Iran et ont tendance à maintenir des liens commerciaux avec le pays, a-t-il déclaré.

Il a rejeté toute nouvelle concernant la réduction des liens commerciaux avec l'Iran.

De nombreuses entreprises coréennes dépendent du pétrole iranien et les industries coréennes de la chimie et de la pétrochimie souffrent également d'une pénurie de pétrole iranien, a-t-il noté.

«Nous négocions avec les Etats-Unis pour obtenir les exemptions nécessaires pour continuer à acheter le pétrole iranien», a répété Jang Hyan.

Contrairement au fait que les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Europe étaient l’axe principal de nos relations commerciales, notre politique consiste maintenant à diversifier les relations commerciales et économiques avec différents pays du monde, en particulier les pays asiatiques et les économies importantes comme l'Inde et l'Iran, qui jouissent d'une crédibilité et d'une influence dans la région, a-t-il déclaré, faisant référence à la rencontre entre le président sud-coréen et son homologue nord-coréen.

La Corée du Sud soutiendra l'accord sur le nucléaire iranien, également connu sous le nom de Plan d'action global commun (car cet accord préserve la paix et la sécurité dans la région et dans le monde, a ajouté l'envoyé coréen.

«Malgré le fait que les politiques américaines affectent notre économie, nous sommes intéressés par le développement de relations avec l'Iran», a déclaré Jang Hyan.

La mission diplomatique sud-coréenne à Téhéran n’épargnera aucun effort pour promouvoir les relations avec l’Iran, a-t-il ajouté.

Bakhtiari, pour sa part, a déclaré que quelles que soient les sanctions qui ont rendu la situation difficile pour l’Iran et la Corée afin de poursuivre leur coopération mutuelle, il est clair que les entreprises iraniennes souhaitent entretenir des relations commerciales avec leurs homologues coréens.

«Tant que nous pouvons surmonter les obstacles existants, les relations économiques entre deux pays peuvent atteindre 25 à 30 milliards de dollars par an», a-t-il ajouté.

L'Iran négocie avec d'autres parties au PAGC et l'Europe met également en place un mécanisme pour poursuivre la coopération économique avec l'Iran, a-t-il noté.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench