L'échec à mettre en œuvre du PAGC mettra en cause la validité du CSUN

Téhéran, 29 septembre, IRNA- Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU a déclaré que si l'accord nucléaire de 2015 sous le nom de PAGC n'était pas mis en œuvre, le rôle et la validité du Conseil de sécurité seraient mis en question.

Lors de son allocution devant l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, Wang Yi a une nouvelle fois défendu l'accord nucléaire iranien en indiquant que le moment était au présent crucial pour poursuivre la mise en œuvre de cet accord.

Le PAGC est un accord multilatéral approuvé par un consensus et également entériné par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Il sert les intérêts communs de toutes les parties concernées et de la communauté internationale dans son ensemble, selon le ministre chinois.

Si l'accord n'est pas mis en œuvre le régime international de non-prolifération nucléaire sera compromis, l'autorité et le rôle du Conseil de sécurité seront mis en cause, et la paix et la stabilité, tant dans cette région que dans le reste du monde, sont compromises. C'est un scénario dans lequel personne ne peut gagner, a déclaré Yi.

La Chine prie instamment les parties concernées de continuer à observer et à mettre en œuvre le PAGC. Sur cette base, il pourrait être envisagé de créer une plate-forme de dialogue inclusive et transparente pour faciliter le règlement correct des préoccupations de chaque partie par le dialogue et la consultation, a-t-il ajouté dans la même tribune.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**