Sanctions : l’Iran n’attache aucune valeur aux exemptions américaines (Téhéran)

Téhéran, 22 avril, IRNA-En réaction à la déclaration de la Maison Blanche selon laquelle la Maison Blanche ne prolonge pas les exemptions des clients du pétrole iranien, le porte-parole de la diplomatie iranienne a indiqué que l’Iran, vu la nature illégale des sanctions, n’attache aucune valeur et aucune crédibilité aux dérogations américaines.

« Vu la base illégale de ces sanctions, la République islamique d’Iran n’a jamais attaché et n’attache toujours pas, aucune valeur et aucune crédibilité à ces exemptions offertes par la Maison Blanche » a réagi Seyyed Abbas Moussavi en réaction à une déclaration publiée par les Américains sur la fin des exemptions.

Il a toutefois noté qu'étant donné les effets négatifs de ces sanctions et la possibilité de l’intensification de ses conséquences non productives, une fois ces dites exemptions arrêtées, la diplomatie iranienne a été en contact permanent avec toutes les institutions nationales compétentes, et a eu des consultations intensives avec de nombreux partenaires internationaux, tels que les Européens et les voisins, à ce sujet.

Le diplomate iranien a déclaré que les résultats de ces contacts et consultations internes et externes seraient transmis aux autorités décisionnelles et qu'une décision appropriée serait bientôt prise sur cette question.

Depuis son retrait de l’accord nucléaire, Washington n’a cessé de durcir la pression économique contre l’Iran avec un objectif clair : faire tomber, au plus bas, les exportations pétrolières iraniennes. Pour atteindre cet objectif, la Maison-Blanche a demandé, à coup de sanctions, aux pays du monde de réduire progressivement leurs importations en pétrole iranien. Mais le plan n'a guère fonctionné. En novembre dernier, la Maison-Blanche a fait machine arrière en octroyant des exemptions à huit des principaux clients du brut iranien, à savoir la Chine, l’Inde, la Turquie, la Corée du Sud, le Japon, Taïwan, la Grèce et l’Italie. Sur cette même période, la vente du pétrole iranien a grimpé.

La Chine et l’Inde, figurant parmi les principaux clients du pétrole iranien, entretiennent en effet des relations stratégiques avec la République islamique d’Iran et dépendent donc des sources d’hydrocarbures de ce pays.

Déjà l'annonce de cette mise à fin des exemptions a fait monter dimanche, de plus de 2%, le prix du pétrole sur le marché mondial.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**