L'Allemagne réaffirme son soutien à l'accord sur le nucléaire iranien

Téhéran, 25 avril, IRNA- L’Allemagne a réaffirmé mercredi son attachement à un accord nucléaire avec l’Iran malgré la récente décision américaine visant à imposer des sanctions aux pays qui achètent du pétrole iranien.

Ulrike Demmer, porte-parole adjointe du gouvernement, a déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin qu'elle avait pris note de la récente décision de l'administration Trump et qu'elle se coordonnerait avec d'autres membres de l'UE pour évaluer conjointement ses implications, a rapporté l'agence de presse Anadolu.

«Comme vous le savez, le gouvernement fédéral allemand et l'Union européenne restent attachés à l'accord nucléaire avec l'Iran», a-t-elle déclaré ajoutant que cet accord faciliterait les échanges commerciaux légitimes avec l'Iran, conformément au droit international et au droit de l'Union européenne.

«Nous continuons de croire que cet accord est un instrument très important pour empêcher l'Iran de s'armer d'armes nucléaires», a-t-elle déclaré.
Le président américain Donald Trump, l’année dernière, s’est retiré d’un accord historique conclu avec l’Iran en 2015 avec le nucléaire et a encore intensifié la pression sur Téhéran en réimposant des sanctions sur les exportations de pétrole iranien.

Ce lundi 22 avril, le gouvernement Trump a annoncé qu'il ne renouvellerait plus les dérogations accordées à huit pays acheteurs du pétrole iranien - Turquie, Chine, Grèce, Inde, Italie, Japon, Corée.

En 2015, les puissances mondiales ont convenu de lever les sanctions économiques imposées à l'Iran en échange de l'acceptation par Téhéran de limiter ses activités nucléaires à des fins pacifiques et civiles. L'accord, également connu sous le nom de Plan d'action global commun (PAGC), a été signé entre l'Iran et les grandes puissances: la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis, ainsi que l'Allemagne.

Malgré le retrait des États-Unis de l'accord, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont mis en place un nouveau mécanisme en janvier, offrant aux entreprises européennes un autre moyen de paiement pour poursuivre leurs échanges avec l'Iran malgré les sanctions américaines.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**