Embargo contre l’Iran : l'Inde préoccupée par la hausse des prix du pétrole et de l'inflation

New Delhi, 3 mai, IRNA - L'ambassadeur d’Inde aux États-Unis, Harsh Vardhan Shringla, a annoncé que les sanctions américaines contre l'Iran pourraient entraîner une hausse du prix du pétrole sur le marché et de l'inflation, ce qui nuirait aux citoyens indiens.

« Les décisions du président américain Donald Trump visant le secteur pétrolier de l’Iran et à mettre fin aux dérogations accordées aux exportateurs du pétrole iranien, touche directement l'Inde », déplore le diplomate.

« Techniquement, des raffineries indiennes sont adaptées au pétrole iranien, et les sociétés pétrolières indiennes ne peuvent pas soudainement se tourner vers d’autre type du pétrole et du raffinage » a insisté le diplomate avant de souligner que son pays ne peut pas renoncer au pétrole de l’Iran, avec qui le New-Delhi entretient des liens commerciaux et culturels étendus ».

« Les différends opposant les Etats-Unis et l'Iran sont bilatéraux, mais le recours excessif et inefficace à des sanctions, en particulier lorsqu'elles sont imposées unilatéralement (avec des effets extraterritoriaux) peut être contre-productif et toucher tous les pays », a averti l'ambassadeur.

L’année dernière, les États-Unis de Trump se sont unilatéralement retirés de l’accord international nucléaire iranien et ont réimposé les sanctions illégales et unilatérales à Téhéran.

Ils ont pourtant exempté « provisoirement » certains pays exportateurs du pétrole iranien, à savoir, la Chine, l'Inde, la Grèce, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan et la Turquie et cela jusqu'au 2 mai 2019.

Ces exemptions permettant l’achat du pétrole iranien sont désormais suspendues, suite à l’annonce du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo qui avait déclaré une date butoir de 2 mai pour la fin des dérogations.

Ainsi, Donald Trump a fait courir au monde le risque d'un nouveau choc pétrolier. Le marché de brut craint de voir les cours du brut augmenter et l'inquiétude est réelle, alimentée par les sanctions américaines.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**