L'Inde et la Turquie, les plus durement touchés par les sanctions américaines contre l'Iran

Téhéran, 5 mai, IRNA- Selon l'hebdomadaire anglophone « The Arab Weekly», l'Inde et la Turquie sont les deux pays les plus durement touchés par les sanctions américaines contre le secteur pétrolier de l'Iran.

Alors que le marché pétrolier international traite la décision de l'administration Trump de ne pas étendre les dispenses de sanctions aux clients iraniens du brut, deux pays les plus durement touchés par la décision américaine se débattent avec les moyens de répondre aux besoins en énergie domestique, rapporte « The Arab Weekly».

«La Turquie et l’Inde ont toutes deux œuvré au renforcement des liens politiques avec Téhéran en s’appuyant sur les importations de brut iranien, mais Ankara et New Delhi se préparent à augmenter les importations des fournisseurs existants et à rechercher de nouvelles sources pour contrer la perte des livraisons de brut iranien.

Ils envisagent également d’autres méthodes de paiement pour contourner la politique de durcissement des sanctions imposée par l’administration Trump à Téhéran.

La Turquie a publiquement adopté un ton de défi, suggérant qu'elle ne respecterait pas les sanctions unilatérales, tandis que l'Inde a adopté une approche plus conforme», selon le rapporte.

En novembre, l’administration Trump a inopinément accordé des exceptions de réduction significative (SRE) de six mois à huit des plus gros clients pétroliers de l’Iran après la réimposition des sanctions américaines sur Téhéran. Les SRE ont permis aux pays d’acquérir du brut iranien à des volumes réduits, avec des extensions potentielles en suspens si les importations continuaient de baisser jusqu’en mai.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9422**