L'Iran et le G4 + 1 reprennent leurs discussions au niveau des experts

Téhéran, le 6 mai, IRNA - L’Iran et le G4 + 1 (Grande-Bretagne, France, Chine et la Russie plus l'Allemagne ) reprendront mardi les pourparlers sur le nucléaire au niveau des experts dans la capitale belge, Bruxelles.

L'Iran et le G4 + 1 devraient discuter des sanctions unilatérales imposées par les États-Unis, y compris la récente décision des États-Unis de ne pas prolonger les dérogations concernant le commerce de pétrole avec l'Iran et les exemptions accordées aux projets de non-prolifération nucléaire dans le cadre du plan global commun d'action sur le nucléaire iranien (JCPOA).

La coopération entre l’Iran et l’Union européenne (UE) dans le cadre de l’Instrument d’appui aux échanges commerciaux (INSTEX) devrait également être le prochain sujet à débattre lors de la réunion entre Ali Asghar Nouri, PDG de SATMA (Version iranienne de l’INSTEX qui est le canal financier spécial de commerce avec les pays européens) et l’Allemand Per Fischer, directeur d’INSTEX.

Dans une déclaration commune samedi, l'Union européenne (UE) et les ministres des Affaires étrangères britannique, français et allemand ont exprimé leur profonde préoccupation devant les nouvelles sanctions des États-Unis visant le commerce du pétrole et les projets nucléaires pacifiques de l'Iran.

L'UE, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont manifesté samedi leur «préoccupation» après l'annonce de Washington vendredi de nouvelles «restrictions» au programme nucléaire civil iranien dans le but de renforcer la pression américaine contre Téhéran.

Dans un communiqué commun, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini et les ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni ont «noté avec préoccupation la décision des États-Unis de ne pas renouveler intégralement les exemptions concernant certains projets de non-prolifération nucléaire» dans le cadre du Plan d’action global commun (Joint Comprehensive Plan of Action, JCPoA).

Ils ont aussi «pris note avec regret et préoccupation de la décision des Etats-Unis de ne pas proroger les dérogations concernant le commerce de pétrole avec l'Iran».

«La levée des sanctions relatives aux questions nucléaires est un élément essentiel du Plan d’action global commun - elle vise à avoir un impact positif non seulement sur les relations commerciales et économiques avec l’Iran, mais surtout sur la vie des citoyens iraniens. Nous regrettons profondément la réimposition de sanctions par les États-Unis après leur retrait du Plan d’action global commun», lit-on dans le communiqué.

Les parties européennes à l’accord nucléaire de 2015 ont finalisé un canal de transactions très attendu le 31 janvier visant à protéger les relations commerciales avec Téhéran contre les sanctions américaines.

Le canal de paiement (INSTEX) est basé à Paris, dans la capitale française, et géré par un expert bancaire allemand.

Les principaux actionnaires de l’Instrument financier sans dollar sont la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne mais d’autres pays du monde dont notamment la Chine et la Russie peuvent y rejoindre.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**