Réduction des engagements liés au PGAC: l’Iran annonce ses décisions mercredi

Téhéran, 7 mai, IRNA- Suite au désengagement des Etats-Unis et leur retrait unilatéral du Plan global d’action commun sur le nucléaire (PGAC) et dans un geste de réciprocité, l’Iran annoncera, mercredi, sa décision sur la réduction de ses obligations prévues dans l’accord international de 2015 de Vienne.

L’Iran annoncera demain mercredi 8 mai, à ses partenaires engagés dans l’accord nucléaire, une décision très attendue, sur la réduction de ses engagements prévus dans l’accord international sur son nucléaire et ébranlera ainsi l’un des piliers importants de ce traité historique, un an, jour pour jour, après le retrait illégal et unilatéral des Etats-Unis de Trump de cet accord historique.

Selon le rapport du mardi soir de l’IRNA mardi soir, les décisions de Téhéran seront annoncées aux ambassadeurs de cinq pays signataires de l’accord nucléaire avec l’Iran, (Grande-Bretagne, France, Allemagne, Russie et Chine) par le vice-ministre des Affaires étrangères, Sayed Abbas Araqchi.

Ces ambassadeurs seront reçus demain mercredi au ministère des Affaires étrangères et seront mis au courant des décisions de Téhéran.

Hassan Rohani enverra mercredi une lettre à l’adresse des chefs d’Etat de cinq pays engagés dans l’accord nucléaire pour souligner spécifiquement à quel point l'Iran a fait preuve de la retenue et déplorer la perte des opportunités provoquée par l’autre partie qui n’a pas rempli ses obligations prévues dans le PGAC poussant ainsi l’Iran à finir par réduction de ses engagements.

La lettre du Président a une teneur politique. Une lettre complémentaire rédigée par le haut diplomate Zarif, le négociateur en chef du nucléaire iranien, sera également envoyée à l’adresse de la Responsable de la politique extérieure de l’Union européenne, Frederica Moguerini, pour la mettre au courant des détails techniques et juridiques de la réduction des engagements iraniens prévus lors de la signature de l’accord nucléaire de 2015.

Les textes intégraux de ces lettres ne seront pas disponibles. Ils seront classifiés et feront partie des documents secrets de la Comission mixte du PGAC, mais les nouvelles seront publiées dans leurs généralités.

Nettement, l’Iran demande un retour aux conditions bancaires et pétrolières d’avant le départ unilatéral des États-Unis (Mai 2018).

La réduction des engagements de l’Iran seront effectuée en deux étapes et à deux mois d’intervalle. Si l'autre partie fait un geste efficace, l'Iran reviendra aux conditions précédentes.

Donald Trump se retrie unilatéralement de l’accord international nucléaire signé sous son prédécesseur démocrate, Barck Obama, et déclare le 8 mai 2018 le rétablissement de sanctions contre la République islamique d’Iran. Une première série, visant notamment l’aéronautique civile, entre en vigueur le 7 août. Début novembre, c’est le secteur énergétique qui est ciblé, avec en ligne de mire les exportations de pétrole. Et depuis jeudi dernier 2 mai, plus aucune dérogation n’est admise par l’administration américaine qui s’entoure de « faucons ».

Ce n’est pas tout ! Poursuivant ses politiques hostiles et iranophobes illégales, le gouvernement Trump insère, en avril dernier, le nom du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) sur sa « Liste des organisations terroristes étrangères ».

Le CGRI est la même force qui est largement présente sur le front de combat contre les terroristes et les daechistes dans la région avec un bilan spectaculaire en Irak et en Syrie salué par les autorités des pays voisins.

En guise de représailles, le Conseil suprême de la sécurité national iranien blackliste les forces américaines, CENTCOM (commandement central des États-Unis et ses affiliés, actifs dans la région de l’Asie de l’ouest) et déclare les Etats-Unis « Etat parrain du terrorise ».

« Le soutien patent et latent des forces américaines aux groupes terroristes et l'implication directe des militaires des États-Unis dans des actes terroristes à travers la région justifient parfaitement le blacklistage des troupes US en Asie de l'Ouest», ont déclaré les autorités.


Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**