8 mai 2019, 14:27
Code d'info: 83307567
0 Persons
La Chine appelle à la mise en œuvre complète du PGAC

Pékin, 8 mai, IRNA-Réagissant au durcissement des pressions contre l'Iran et aux dernières évolutions liées à l'acccord nucléaires iranien la diplomatie chinoise a insisté par la voix de son porte-parole sur l’impératif du respect par toutes les parties signataires du Plan global d'action commun (PGAC), de leurs engagements prévus dans le Document avant d’appeler à sa pleine application.

Le porte-parole chinois, Geng Shuang, a fait ces remarques lors d'un récent point de presse, à Pékin, devant les journalistes chinois et étrangers.

« La Chine salue le plein respect par l'Iran de ses obligations dans le cadre du PGAC » a déclaré le diplomate avant d’assurer que « Pékin continuera, comme l’a fait depuis 2015 (date de la conclusion du traité international) à maintenir et à mettre en œuvre cet accord avec les parties concernées ».

« Le JCPOA est un accord multilatéral ratifié par le Conseil de sécurité des Nations Unies, qui favorise le maintien du régime international de non-prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité au Moyen-Orient », a déclaré M. Geng, soulignant que l'accord devrait être mis en œuvre de manière globale et efficace.

La Chine s'oppose fermement aux sanctions unilatérales et à la prétendue « juridiction au bras long » imposées à l'Iran par les Etats-Unis, et a répété à plusieurs reprises qu'une coopération énergétique normale en vertu du droit international entre l'Iran et d'autres pays était tout à fait raisonnable, légitime et juridique, et devait être respectée et protégée, a souligné le porte-parole.

La Chine a salué le strict respect par la partie iranienne de ses obligations dans le cadre du JCPOA et est prête à travailler avec les parties concernées pour maintenir et mettre en œuvre cet accord, ainsi que pour protéger les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, a ajouté M. Geng, lors de ce point de presse, cité par l’agence Xinhua.

A l’occasion de l’anniversaire du retrait unilatéral et illégal des Etats-Unis de Trump de l’accord international nucléaire et la violation de la résolution du Conseil de sécurité liée au PGCA, Téhéran vient d’annoncer, ce mercredi 8 mai, des « mesures de réciprocité » ,contre le retrait américain de l’accord, mais aussi contre les nouvelles sanctions nucléaires et pétrolières imposées par les États-Unis.

L'uranium enrichi et l'eau lourde restent désormais en Iran.

Les ambassadeurs des pays membres de l’accord sur le nucléaire iranien (PGAC) à savoir l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine ont été invités au ministère iranien des Affaires étrangères où le vice-ministre Abbas Araqtchi leur a remis la lettre du président Rohani. Ladite lettre énonce la décision du Conseil suprême de la sécurité nationale de « suspendre certains engagements de la RII au titre de l’accord sur le nucléaire au nom des articles 26 et 36 de l'accord nucléaire qui le permet à tout membre qui constate un non-respect des engagements de la part d'autres parties signataires.

« L'Iran n'a pas quitté la table des négociations mais utilise dès aujourd'hui un nouveau langage pour dialoguer, un langage juridique différent de notre langage d'hier... Les Américains ont voulu faire du PGAC un accord gagnant-perdant en défaveur du peuple iranien, mais le PGAC sera un accord gagnant-gagnant ou il ne le sera pas », a promis le Président Rohani.



Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**