Délai de 60 jours : un teste pour la volonté politique de l’Europe (Téhéran)

New York, le 9 mai, IRNA - Majid Takht Ravanchi, l’ambassadeur et le représentant permanent d’Iran, auprès des Nations unies, déclarant que les pressions de Washington exercées sur ses proches alliés engagés dans l’accord nucléaire, a empêché la mise en œuvre du Plan global d’action commun (PGAC) qui devrait selon ses points assurer les intérêts économiques de l’Iran et a souligné que si les Européens manquaient à leurs obligations dans les 60 à venir, cela montre qu'ils n'existe aucune volonté politique à cette fin et que Téhéran se réserve le droit de décider selon ses intérêts nationaux.

«Depuis le retrait unilatéral américain et la réimposition des sanctions illégales, il y a maintenant un an, la République islamique d’Iran a fait preuve d’une immense patience pour montrer sa honnêteté envers ses engagements et l’application de l’accord nucléaire. Mais malheureusement, en raison des pressions américaines sur ses proches alliés (signataires de l’Accord), nous n’avons pas obtenu les avantages économiques promis», a déploré le diplomate iranien en poste à l'ONU, Majid Takht Ravanchi.



Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench
9468**