18 juin 2019 à 01:05
Journalist ID: 1944
Code d'info: 83358300
0 Persons
Accord nucléaire : Paris appelle Téhéran à être « patient »

Téhéran, 18 juin, IRNA-Le président français Emmanuel Macron réitérant sur le fait que l’Iran continue de respecter ses obligations liées à l’accord nucléaire multilatéral de 2015 a appelé lundi Téhéran à être «patient », dans le contexte des tensions croissantes avec Washington.

Réagissant aux décisions prise par Téhéran sur la réduction dans dix jours de ses obligations nucléaires, en vertu des articles 26 et 36 du Plan global d’action commun sur le nucléaire (PGAC), en guise de réciprocité au retrait illégal et unilatéral des Etats-Unis de Trump de l’accord nucléaire et l’échec des parties européennes d’accomplir leurs engagements liée à document multilatéral, Emanuel Macron a dit que pour l'instant, l'Iran continue de « respecter ses obligations et nous l'encourageons très fortement à adopter un comportement patient et responsable ».  
Macron a tenu ces propos lors d'une conférence de presse, ce lundi 16 juin, avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Nous ferons tout avec nos partenaires pour dissuader l’Iran de cela et essayer de construire un chemin »,  a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) a annoncé ce lundi devant les journalistes sur le complexe de l’eau lourde d’Arak, que l’Iran dépasserait dans dix jours le plafond d’uranium faiblement enrichi qu’il est autorisé à avoir en réserves en vertu de l’Accord de 2015, en soulignant qu’il restait du temps pour que les pays européens sauvent cet accord.

Behrouz Kamalvandi a affirmé que le compte à rebours a commencé et que l’Iran a commencé à accélérer dans le réacteur d'Arak sa production d’uranium enrichi à 3.67% déjà quadruplée.

Kamalwandi a déclaré: « Les Européens se sont dits incapables pour remplir leurs obligations envers l’Iran liées à l’accord nucléaire et la république islamique ne pourra plus attendre. »

Il y a près d’un mois et à l'occasion de l'anniversaire du retrait  unilatéral de l'accord multilatéral sur le nucléaire de Vienne 2015, le Conseil suprême de sécurité nationale iranien, a annoncé dans une déclaration à l’adresse des États membres une réduction de ses obligations en vertu du PGAC.

« Afin de protéger la sécurité et les intérêts du peuple iranien et d'exercer les droits énoncés aux articles 26 et 36, la République islamique d'Iran cessera de donner suite à certaines de ses obligations prévues dans cet accord, à compter du 8 mai 2019 »:

 l'Iran a, donc, accompli la première étape de la réduction de ses engagements au titre de l’accord nucléaire de 2015 et s'apprête à passer à l'étape suivante. La seconde phase de son ultimatum, l’Iran entend dépasser le plafond de 130 tonnes d’eau lourde, engagement qu’il avait jusqu’à présent respecté dans le cadre de l'accord de Vienne. Ce dernier prévoit pour l'Iran un stock de 300 kg d’uranium faiblement enrichi. L’Iran est également plafonné à 300 tonnes d’eau lourde.

Le mois dernier, l’Iran a réduit certains de ses engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire, pour pousser la partie européenne à réagir. Or cette dernière qui ne cesse de vanter sa volonté de vouloir préserver l'accord n'a rien fait pour éviter à l'Iran les impacts des sanctions US. Lors de son point de presse  ce lundi, Kamalvandi a conseillé à l'Europe de sauver l'accord avant que l'Iran ne le quitte définitivement.

Au cours d’un discours tenu le mercredi 8 mai en direct sur les médias nationaux, le président iranien Hassan Rohani a détaillé le contenu de la lettre qu’il a remise aux ambassadeurs du G4+1 sur les décisions de la RII concernant l’accord nucléaire.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**
 

Votre commentaire

You are replying to: .
7 + 8 =