1 juil. 2019 à 16:59
Journalist ID: 1944
Code d'info: 83377104
0 Persons
Augmentation des réserves iraniennes d'uranium n’est pas une violation du PGAC (Téhéran)

New York, IRNA- L’ambassadeur et le représentant permanent d’Iran auprès de l’ONU, Majid Takht Ravantchi, a réitéré sur le fait que la décision de Téhéran pour augmenter ses réserves d’uranium a été prise au titre des articles du Plan global d’action conjoint sur le nucléaire (PGAC) et ne constitue pas une violation de l’Accord multilatéral de 2015.

Majid Takht-e-Ravantchi, dans une interviewe accordée la chaîne de télévision CNN, a ajouté que certaines clauses  de l'accord nucléaire permettent à l'Iran de ne pas remplir certaines obligations.

« Ce que nous avons fait est exactement conforme aux articles 26 et 36 de l'accord nucléaire de 2015, qui permet à l'Iran de réduire ses obligations en cas du retrait des Etats-Unis du PGAC. » a-t-il expliqué.

Le représentant permanent de l’Iran auprès des Nations Unies a ajouté: « Nous avons fixé la tenue de deux engagements par les autres signataires et cela pour la première phase. Dans les 10 prochains jours, si rien ne se passe, nous entrerons dans la deuxième étape, et nous l’avons clairement annoncé les modalités de la réduction de nos engagements liés à l’accord nucléaire ».

Un an après le retrait des États-Unis du Plan global d'action conjoint (PGAC), le Conseil suprême de la sécurité nationale d’Iran a envoyé deux lettres signées par le président Hassan Rohani et le secrétaire du Conseil aux pays membres de l’accord, avertissant que « si les intérêts de l'Iran dans le cadre de l'accord nucléaire ne sont pas défendus, le pays augmentera le niveau d'uranium enrichi dans 60 jours ».

Le communiqué du Conseil suprême de la sécurité nationale affirme que dans le contexte actuel, la République islamique d’Iran ne juge plus nécessaire de se soumettre à ses obligations, à savoir le maintien de ses réserves d’uranium enrichi et d’eau lourde à un niveau limité. Téhéran a donc donné 60 jours aux pays restant favorables à ce pacte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour « rendre opérationnels leurs engagements en particulier dans les secteurs pétrolier et bancaire », sous peine de voir l’Iran renoncer à appliquer d’autres de ses engagements, ajoute le Conseil.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 9 =