1 juil. 2019 à 17:11
Journalist ID: 1944
Code d'info: 83377128
0 Persons
Les stocks d'uranium enrichi de l'Iran dépassent les 300 kg (Zarif)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que les réserves d’uranium faiblement enrichi de l’Iran ont dépassé les 300 kg, comme il l'avait déjà annoncé, conformément aux articles 26 et 36 de l'accord nucléaire de 2015 signé entre Téhéran et les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom du Plan global d’action conjoint (JCPOA).

Zarif a fait ces remarques lundi alors qu'il répondait à une question de l'agence de presse iranienne ISNA en marge d'une cérémonie dans la ville de Natanz, dans le centre de l'Iran.

  « Selon mes informations, l'Iran a dépassé la limite de 300 kg [en produisant de l'uranium faiblement enrichi] et nous avions déjà annoncé [que nous avions l'intention de le faire] », a déclaré le plus haut diplomate iranien.

    Il a ajouté que selon un calendrier prévu, l’Iran a réalisé ce qu’il avait « très clairement » annoncé. « Cela fait partie de nos droits au nom du JCPOA. », a-t-il poursuivi.

A la question de savoir ce qui va arriver si les Etats-Unis sanctionnent l’Europe en raison du lancement de l’INSTEX, Zarif a répondu : « : C'est le problème des Européens et qu’il revient à eux de le résoudre».

Insistant sur le fait que l'INSTEX constituait une étape préliminaire dans le respect des engagements pris par l'Europe, le chef de la diplomatie iranienne a déclaré: « Selon les articles du PGAC, un simple geste européen ne suffit pas et que l'Iran devrait en voir les résultats concrets ».  

Un an après le retrait des États-Unis du Plan global d'action conjoint (PGAC), le Conseil suprême de la sécurité nationale d’Iran a envoyé deux lettres signées par le président Hassan Rohani et le secrétaire du Conseil aux pays membres de l’accord, avertissant que « si les intérêts de l'Iran dans le cadre de l'accord nucléaire ne sont pas défendus, le pays augmentera le niveau d'uranium enrichi dans 60 jours ».

Le communiqué du Conseil suprême de la sécurité nationale affirme que dans le contexte actuel, la République islamique d’Iran ne juge plus nécessaire de se soumettre à ses obligations, à savoir le maintien de ses réserves d’uranium enrichi et d’eau lourde à un niveau limité. Téhéran a donc donné 60 jours aux pays restant favorables à ce pacte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) pour « rendre opérationnels leurs engagements en particulier dans les secteurs pétrolier et bancaire », sous peine de voir l’Iran renoncer à appliquer d’autres de ses engagements, ajoute le Conseil.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 8 =