3 juil. 2019 à 14:14
Journalist ID: 1944
Code d'info: 83380061
0 Persons
Accord nucléaire : nous reviendrons dès que les USA reviennent (Rohani)

Téhéran, IRNA-Le Président Hassan Rohani, qualifiant de « bénéfique » le Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien (PGAC), pour toutes les nations, la région voir le monde, a réitéré sur le fait que la meilleure option pour les Etats-Unis est de revenir en arrière pour corriger son erreur. Ce qui favorisera, a-t-il déclaré, « automatiquement » le retour de l’Iran à l’accord nucléaire.

« Jusqu’à aujourd’hui, les Américains considéraient le PGAC comme un « mauvais accord »,  pourquoi donc ils sont mécontents de voir l’Iran s’en éloigner un peu »? S’est interrogé Hassan Rohani en réaction aux Etats-Unis de Trump qui ont affiché leur colère suite à la réduction (au nom des articles 26 et 36 de l’accord multilatéral nucléaire) des ses obligations liées au PGAC. 

Fustigeant le bilan « faible » des européens en tant que les partenaires de l’Iran dans l’accord international nucléaire de 2015, pour honorer leurs engagements prévus dans le PGAC et assurer les intérêts de l’Iran après le retrait unilatéral de Washington  du Document, le Président Rohani a qualifié de « spectacle », le lancement du soi-disant Instrument d’appui aux échanges commerciaux Iran-Europe (INSTEX).  

« Il est fort étonnant que l'Europe, tout en assistant aux souffrances d’une nation de 82 millions d'habitants qui a des difficultés à satisfaire ses besoins élémentaires, se taise et observe depuis un an le mutisme ! La question qui se pose c’est que pourquoi ces prétendus défenseurs des droits de l’homme n’ont pas ouvertement condamné cette mesure (sanction) américaine et pourquoi ils n’agissent point pour le récompenser », a déploré le chef du pouvoir  exécutif iranien.   

« A partir du 7 juillet, nous passerons à l'étape suivante. Si vous souhaitez exprimer vos regrets, faites-le maintenant s'il vous plaît ou si vous souhaitez publier un communiqué, veuillez le publier maintenant.
À partir du 7 juillet, le niveau d’enrichissement de l’uranium ne se limitera plus à 3,67%. Nous allons nous affranchir de cette obligation. Autant que nous le voudrons, autant que nécessaire, autant que nos besoins l'imposent, nous dépasserons les 3,67%. Vous devez également savoir que si vous ne remplissez pas toutes vos obligations envers nous en vertu de l’accord sur le nucléaire et dans les délais impartis, le réacteur nucléaire d'Arak reprendra ses activités à compter du 7 juillet.»
Le 7 juillet prendra fin le délai de 60 jours que l'Iran a fixé aux autres signataires de l'accord sur le nucléaire de 2015, à la suite du retrait des États-Unis de l'accord l'an dernier. Le président iranien a également appelé les États-Unis et les pays européens à revenir à la table des négociations et respecter le droit international.
« Il n'y a pas deux façons de voir les choses : soit le PGAC est une bonne chose, soit c'est mauvais. Si c'est bon, alors nous devons tous y être attachés. Comme l'Iran y est attaché, alors vous devez respecter aussi vos engagements.
Vous dites maintenant que l'engagement de l'Iran est passé de 100% à 98%. D'accord, vous réduisez également votre niveau d'engagement à 98%. La réalité est que le degré de votre engagement est inférieur à 10%. Si vous atteignez 98%, nous reviendrons au niveau de 100%.
Vous ne respectez pas vous-même vos engagements en vertu d’un accord multilatéral et puis vous vous permettez de critiquer nos actions et de vous plaindre. Comment l'histoire vous jugera-t-elle ? Je tiens à souligner à nouveau que la République islamique d'Iran estime que le PGAC est dans l'intérêt de tous. C'est avantageux pour la région et pour le monde entier. Le meilleur moyen pour les Etats-Unis, c'est de compenser l'erreur qu'ils ont commise».
Le président iranien s'exprimait lors d'une séance de son cabinet. Il a rappelé que le mécanisme INSTEXC, mis sur pied par les Européens pour leur permettre de commercer avec l'Iran en contournant les sanctions américaines, est encore une «coquille vide».
Plutôt le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a pour sa part déclaré que l'Iran resterait attaché à l'accord sur le nucléaire aussi longtemps que les autres parties y seront engagées.
Zarif a déclaré que l'Europe devait respecter ses onze engagements, notamment aider l'Iran à vendre son pétrole.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
1 + 5 =