13 juil. 2019 à 14:03
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83393462
0 Persons
 L'effet mortel des sanctions sur le peuple iranien

Téhéran, IRNA - Contrairement à ce que les États-Unis prétendent, selon lesquels les sanctions imposées par l’administration US contre l’Iran ne visent que le gouvernement iranien, mais ces restrictions aggravent directement les conditions de vie du peuple iranien allant jusqu’à menacer leur vie et provoquer des morts.

A titre d’exemple, dans les régions reculées de la province du Sistan et du Baluchestan, dans le sud-est de l’Iran, les morsures de scorpions sont fréquentes en raison des conditions météorologiques, la pénurie des médicaments pratiquée dans le traitement des piqûres de scorpion et d’autres insectes ainsi que des morsures des reptiles provoque parfois tristement la mort des victimes.

Dans ces régions, des enfants innocents qui  sortent de leurs maisons pour jouer en dehors risquent de se faire piquer par des scorpions ou des abeilles dangereuses, fléau surtout estival dans la région. Ces derniers jours, plusieurs cas de morts de ces enfants provoquées par ces blessures mortelles, ont été malheureusement rapportés, faute des médicaments liés au traitement de ces cas de morsures alors qu’il était possible que ces enfants soient sauvés par les soins efficaces.

Les sanctions menacent en réalité la santé de la population iranienne, et les personnes atteintes de certaines maladies ont des difficultés à prendre des médicaments. Cette politique de  restriction accentue gravement la souffrance du peuple iranien dont notamment la couche vulnérable.

Les sanctions affectent également le secteur des transports, en particulier la modernisation et la réparation de la flotte aérienne iranienne, ce qui pourrait constituer une menace directe pour la population.
Il ne s'agit que pourtant d'une petite partie des effets directs et meurtriers des sanctions sur la vie des personnes.

Pour le rappel, depuis le 19 mars dernier, l'Iran est frappée par des inondations exceptionnelles touchant 25 des 31 provinces. Cette catastrophe naturelle a fait près d'une centaine de victimes, a contraint des centaines de milliers de personnes à se déplacer tandis que deux millions d'individus ont besoin d'aides humanitaires. Un immense mouvement de solidarité traverse le pays d'autant que les services de l’État peinent à faire face et que le Croissant Rouge ne peut recevoir aucune aide financière étrangère en raison des sanctions américaines depuis le retrait unilatéral des États-Unis de Trump de l'accord sur le nucléaire.

Dans une récente déclaration adressée au président milliardaire américain, Donald Trump, l’Association iranienne des «Handicapés Compétents», a déclaré que suite à la pénurie de médicaments et des équipements de réadaptation pour les personnes qui souffrent de problème d'autonomie, due aux sanctions US, cette ONG suivra l'affaire auprès des instances internationales.

«L’histoire montre que les politiques axées sur les tendances hégémoniques des dirigeants sont les principaux facteurs de la marche arrière des sociétés en développement, dont les conséquences (catastrophiques) humaines et sociales sont moins revues», Peut-on lire dans cette déclaration signé et émis, jeudi, le 11 juillet, par Seyyed Mohamad Moussavi, Chef du conseil d'administration de l'Association des personnes handicapées compétentes.

«Les nations de l'univers mesurent généralement le coût d'une guerre en dollars, en pertes de production ou en nombre de soldats tués ou blessés. Il est souvent rare que les coûts de guerre soient mesurés en fonction de la souffrance individuelle. Ceci dit, les véritables perdants des guerres sont les citoyens ordinaires de pays qui sont éloignés des rênes du pouvoir mais qui supportent directement le lourd fardeau des sanctions économiques, ce puissant instrument de guerre étant une alternative efficace à l'approche militaire», déplore la déclaration.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**