18 juil. 2019 à 17:20
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83401630
0 Persons
Celui qui commencera une guerre contre l’Iran ne sera pas celui qui la finira (Zarif)

New York, IRNA-Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a réitéré la détermination de son pays à défendre son intégrité territoriale, affirmant que quiconque entamera une guerre avec l'Iran ne sera pas celui qui y mettra fin.

«Je peux vous dire que nous ne déclencherons jamais une guerre. Nous n’avons jamais commencé une guerre et nous ne le ferons pas, mais nous nous défendrons et quiconque commencera une guerre avec l’Iran ne sera pas celui qui y mettra fin»
Zarif a tenu ces propos lors d'une interview avec Fareed Zakria de la chaîne CNN, en réponse à une question sur la montée des tensions opposant l'Iran et les Etats-Unis dans la région du golfe Persique.
Il a également qualifié de «préjudiciable» à la stabilité et à la sécurité de la région la présence de troupes étrangères dans le golfe Persique.
Le diplomate en chef iranien est à New York pour prendre la parole lors d'une réunion des Nations Unies. Lors d'une conversation avec Bloomberg Television, plus tôt dans la journée, M. Zarif a déclaré que les États-Unis se sont tiré une balle dans le pied en abandonnant l'accord sur le nucléaire de 2015, (Connu sous le nom du Plan global d'action conjoint (PGAC)).
Il a également critiqué les signataires européens de l'accord, qui ne se sont pas acquittés de leur part des obligations dans le cadre du pacte multilatéral.
«Il faut donc qu'ils remplissent leurs obligations. S'ils le font, nous serons raisonnables et nous ne sommes pas pour la querelle. Il existe un mécanisme dans le cadre de l'accord nucléaire. Nous avons conclu cet accord avec les yeux grands ouverts et pourtant sans confiance bilatérale. C'est pourquoi l'accord contient un mécanisme qui nous permet de réduire nos engagements pour qu'ils remplissent leurs obligations».
Zarif a déclaré que Téhéran continuerait à faire valoir ses droits légitimes en vertu de l'accord en réponse à la dénonciation unilatérale de ce pacte il y a un an par Washington mais aussi en réaction au bilan infructueux de l'Europe qui reste incapable d'assurer les avantages économiques découlant du pacte et promis à Téhéran.
Il a précisé que l’accord nucléaire contient des mécanismes qui permettent de réduire les engagements en réponse au non-respect des obligations par les autres signataires.
 Zarif a maintenu que les mesures prises par Téhéran pour suspendre ses engagements sont légales et conformes aux termes du PGAC, qui a été validé par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
9 + 9 =