28 juil. 2019 à 17:35
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83415143
0 Persons
Téhéran qualifie de « violation du PGAC » la saisie, par Londres, du pétrolier iranien

Téhéran (IRNA) – Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Araghchi, a condamné la saisie par Londres de pétroliers transportant du brut iranien dans le détroit de Gibraltar et qualifié de « violation du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC), l’action, car les pays membre de l’accord multilatéral nucléaire ne devraient pas créer d'obstacles aux exportations iraniennes de pétrole .

Seyed Abbas Araghchi, qui s'est rendu à Vienne pour assister à la réunion extraordinaire de la Commission mixte, a déclaré avant l’assise : « Au cours du mois écoulé, de nombreuse évolutions liées à l’accord nucléaire ont été constatés, ce qui a rendu urgent la tenue d’une nouvelle série de réunions de la Commission mixte.  Au cours de cette période, la baisse des engagements de l’Iran est entrée dans la phase opérationnelle et les rapports de l’Agence (AIEA) en ont parlé ».

Évoquant la convocation par les États-Unis (qui ont violé, eux-mêmes, l’accord nucléaire en se retirant unilatéralement du PGAC) d'une réunion urgente du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, en réaction au plan de réduction des obligations de l’Iran, Abbas Araghchi a salué la position « sage » des pays européens prise envers ce geste américain.

Les pays européens partenaires de l’Iran dans l’accord nucléaire de 2015 avaient insisté sur le fait que les questions liées aux PGAC ne devraient pas être examinées par le conseil des gouverneurs mais par les mécanismes internes du groupe signataire 4+1 et au sein de la Commission mixte.

C'est au terme d'un délai de 60 jours donné à l'Europe et en réponse au refus européen de contrer les sanctions US que l'Iran annonce sa décision de réduction des obligations.

Il s'agit d'une mesure parfaitement légale suivant les termes mêmes de l'accord de Vienne qui autorise l'Iran à réduire ses engagements en cas de non-respect des autres signataires de leurs engagements et en vertu des articles 26 et 36.

Le vice-ministre iranien des A.E s'était plutôt moqué de la convocation par les États-Unis d'une réunion urgente du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique : « C'est un trait d'humour que de voir les États-Unis, eux-mêmes violateurs du PGAC, convoquer une telle réunion. Dans ce geste, les Américains ne sont suivis par aucun autre signataire. Ils sont seuls et isolés. L'Iran s'attend à ce que le Conseil des gouverneurs écoute et suive son argumentation et qu'il l'accepte. Puisque l'Iran a donné assez de temps à la diplomatie ».  

Le vice-ministre des Affaires étrangères a ajouté : « Parallèlement, des événements tels que la saisie du pétrolier transportant du brut iranien dans le détroit de Gibraltar ont eu lieu, ce que nous considérons comme une violation, car les États membres du PGAC ne devraient créer aucun obstacle aux exportations iraniennes de pétrole.

Votre commentaire

You are replying to: .
6 + 8 =