3 août 2019 à 13:14
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83422811
0 Persons
Projet de coalition maritime dans le golfe Persique : l’Espagne rejette la demande américaine

Le gouvernement de Madrid a rejeté une demande officielle de Washington de rejoindre la coalition maritime dirigée par les États-Unis pour protéger les pétroliers dans le golfe Persique, rapporte vendredi un journal espagnol.

Selon des sources diplomatiques citées par le journal espagnol El Confidencial, « le gouvernement de Madrid vient de recevoir une demande officielle de Washington de rejoindre l'alliance maritime, mais l'Espagne n'a aucun intérêt de rejoindre l'alliance ».

Ce rejet du gouvernement de Madrid intervient au moment où d'autres pays européens, tels que l'Allemagne, ont également dit non au projet américain.

Le président américain Donald Trump n’a toujours pas obtenu l’adhésion sérieuse d’autres pays à une opération visant à « protéger les pétroliers naviguant le long des côtes de l’Iran ».

Mercredi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré que son pays « ne participera pas à la mission maritime présentée et prévue par les États-Unis ». Maas a ajouté que l’Allemagne coordonnait étroitement sa coopération avec la France, qui a également résisté à la campagne américaine.

Le vice-chancelier allemand et ministre des Finances, Olaf Scholz, s'est déclaré ce mercredi «très sceptique» sur la participation de l'Allemagne à une mission militaire commune dans le détroit d'Hormuz proposée par les Etats-Unis.

Invité sur la chaîne de télévision ZDF, Olaf Scholz a souligné qu'il fallait éviter toute escalade militaire dans la région. Or, a-t-il ajouté, une mission de ce genre porterait en elle le risque d'être aspirée dans un conflit plus large. «C'est pourquoi je pense que ce n'est pas une bonne idée», a poursuivi le ministre social-démocrate.

La réticence de la Grande-Bretagne à s’engager dans le projet mené par les États-Unis est peut-être encore plus frappante.

Pourtant, des responsables britanniques ont déclaré le mois dernier qu’ils préféreraient créer une force de protection maritime sous commandement européen dans le golfe Persique

Aux côtés de pays tels que l'Espagne et l'Allemagne, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi que l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord n'avait reçu aucune demande officielle de rejoindre l'alliance militaire dans le détroit d'Hormuz pour lancer une mission dans la région.

Les États-Unis ont suggéré de former une coalition occidentale avec la participation des pays européens pour « protéger le transfert maritime de l’énergie » dans le détroit d'Hormuz. Washington a récemment accru la pression sur l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne pour qu'elles rejoignent l'alliance maritime US du détroit d'Hormuz.

Les tensions liées aux pétroliers dans la région du golfe Persique ont commencé par des attaques suspectes sur deux pétroliers dont l’origine n’a pas encore été déterminée. À la suite de ces attaques, les gardiens de la révolution de la République islamique ont abattu un drone espion américain sur les eaux iraniennes après avoir lancé plusieurs alertes sans réponses. Un pétrolier britannique a, également, été arrêté le 19 juillet par les forces navales iraniennes pour la violation du code maritime et des règles internationales.

Votre commentaire

You are replying to: .
3 + 4 =