16 août 2019 à 19:37
Journalist ID: 2385
Code d'info: 83439400
0 Persons
La libération du pétrolier Grace 1 est « une victoire diplomatique pour la RII »

Téhéran (IRNA)- « La libération du pétrolier Grace 1 réalisé, avec l’appui du gouvernement et le soutien de tous les piliers de l’Etat allant des avocats jusqu’aux diplomates du pays, constitue une victoire diplomatique pour l’ensemble de l’Ordre de la République islamique d’Iran (RII) », a déclaré Mahmoud Vaezi, le chef du bureau présidentiel.

 Mahmoud Vaezi qui s’exprimait ce vendredi 16 août en marge d’une visite au quatrième salon des capacités des villageois  et des nomades et en réaction à la l’annonce par les autorités de Gibraltar de la levée de l'ordre d'immobilisation du pétrolier iranien a déclaré : « La saisie du pétrolier était une interception navale ordonnée par les États-Unis et qui a provoqué la réaction de l'ensemble du pays et de l’Ordre ».

Se félicitant de la libération du pétrolier Grace 1, M.Vaezi a déclaré : « Ce que nos avocats ont fait, c'est avoir prouvé que « les sanctions de l'UE contre l'Iran seraient contre eux, et non contre les Iraniens qui veulent avoir la navigation sur les eaux libres ».

« La libération de Grace était le résultat d'une réaction cohésive de l'ensemble du pays en guise de soutien à la résistance de nos diplomates », a conclu le Chef du bureau présidentiel iranien.

http://https://fr.irna.ir/news/83438786/Zarif-a-qualifi%C3%A9-d-%C3%A9chou%C3%A9-le-terrorisme-%C3%A9conomique-de-Trump

 

Malgré les pressions et la tentative américaine de bloquer le Grace 1, l’immobilisation du pétrolier saisi illégalement le 4 juillet au large de Gibraltar et par les autorités navales britanniques a donc finalement pris fin hier jeudi 15 août.

La Cour suprême de Gibraltar a en effet autorisé le navire à quitter «le territoire britannique» malgré la demande américaine de prolonger l’immobilisation du navire.

Initialement attendue dans la matinée, l'audience sur le sort du Grace 1 prévue depuis des semaines a dû être repoussée de plusieurs heures après l'annonce surprise par le ministère public de Gibraltar d'une demande des États-Unis de prolonger l'immobilisation du pétrolier, demande apparemment déposée dans la nuit.

Mais le juge Dudley a déclaré qu'il n'avait pas été saisi par écrit d'une telle demande. «Cela ne m'a pas été soumis», a-t-il dit.

Réagissant à ce geste positif de Londres, partenaire de l’Iran dans l’accord international nucléaire de 2015, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif a fustigé jeudi sur sa page Twitter, les sanctions américaines imposées contre l’Iran avant de qualifier d’« échouées » les politiques du milliardaire américain devenu président.

« Les États-Unis ont échoué dans la réalisation de leurs objectifs relevant du terrorisme économique contre l’Iran ; objectifs parmi lesquels il y avait le fait de priver les Iraniens atteints de cancer de leurs médicaments », a rappelé le haut diplomate iranien sur sa page Twitter.

Selon Zarif, "Par le biais de la manipulation d'un système judiciaire, les États-Unis ont tenté de voler des biens iraniens se trouvant dans des eaux libres".

« Cette tentative de piraterie maritime témoigne du mépris de Trump pour la loi », rappelle le chef de la diplomatie iranienne.

L’immobilisation illégale du pétrolier et le regain de tensions diplomatiques qui en a résulté ont brouillé les efforts des tats européens qui tentaient de sauver tant bien que mal l’accord nucléaire avec Téhéran.

 

Suivez l'IRNA sur Twitter @Irnafrench

9468**

Votre commentaire

You are replying to: .
2 + 3 =