L’approche de l’Iran consiste à maintenir le PGAC dont les termes restent «immuables»

Téhéran (IRNA) - Les Présidents iranien et français ont discuté ce samedi soir de la nécessité d’élargir les consultations, les relations et la coopération entre Téhéran-Paris tout en se penchant sur diverses questions et défis bilatéraux, régionaux et internationaux.

Selon le service de la presse présidentiel, le Président Hassan Rohani a salué, lors de cette conversation téléphonique, le samedi 31 août, avec son homologue français, Emmanuel Macron, les efforts « sérieux »  de Paris pour sauver le Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC).

Evoquant la visite du Chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, en France dont notamment à Biarritz ( où étaient réunis les dirigeants du G7), à l’invitation et à l’initiative de Paris, le Président Rohani a déclaré que ce déplacement a retenu l’attention de l’opinion publique et politique mondiales et occupé une place importante dans les réflexions sur les évolutions régionales.

S’attardant sur le fait que l’approche principale de la République islamique d’Iran consiste à  préserver le PGAC et à œuvrer dans ce sens, le Président Rohani a souligné: « Le pleine mise en œuvre des engagements pris par les parties signataires engagés au terme de l’accord nucléaire de 2015 et une garantie pour la libre navigation dans toutes les voies navigables, y compris le golfe Persique et le détroit d’Hormuz, sont deux objectifs principaux de l’Iran à suivre dans les négociations actuelles ».

Hassan Rohani a évoqué le retrait unilatéral des États-Unis du pacte multilatéral dans le but de saper grandement l’interaction entre l'Iran et d'autres pays et indiqué : « Malheureusement, après ce geste unilatéral des États-Unis, les pays européens n'ont pris aucune mesure de concrète pour remplir leurs obligations. »

Ce « plan de réduction graduelles » des engagements, reste réversible à tout moment, selon l'Iran, si les autres partenaires signataires qui n’ont pas tenus leurs engagements, répondent à ses revendications légitimes liées au PGAC.  

Pour sa part, le président français Emmanuel Macron a qualifié de « positive », toujours lors de cette conversation téléphonique, la visite de Mohammad Javad Zarif en France et déclaré: « Cette visite a confirmé la volonté de la République islamique d'Iran de défendre  ses intérêts nationaux et pour le dialogue ».

Le Président français a déclaré que les experts iraniens et français avaient obtenu de bons résultats dans la résolution des problèmes qui se posent et qu'une réunion est prévue cette semaine entre les experts économiques des deux pays à Paris. « La poursuite des discussions et le régalement des problèmes via le dialogue s’avère juste et nous devons continuer sur cette voie pour atteindre le résultat souhaitable », a-t-il renchéri.


 Il a ajouté que l'échec du PGAC rendrait heureux beaucoup de partisans de la ligne dure et les extrémistes sur la scène internationale.

« Nous devons rechercher une solution à nos intérêts mutuels et à cet effet la France cherche à résoudre les problèmes politiques et économiques dans les interactions avec l'Iran et à éliminer les tensions dans la région », a insisté Emmanuel Macron.

Le Président français a également appelé à l'élargissement de la coopération franco-iranienne pour résoudre les défis régionaux, y compris la crise au Yémen.

Votre commentaire

You are replying to: .
4 + 13 =